Conseil des droits de l'homme

Vers une déclaration qui protège davantage les paysans et les systèmes alimentaires

14.04.2018

Le lundi 9 avril 2018 s’est ouverte une nouvelle session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève. Pendant toute une semaine, un groupe de travail intergouvernemental a participé à la révision de la Déclaration des droits des paysans et des personnes travaillant dans les zones rurales. Les négociations visent à améliorer la situation des paysans afin qu’ils soient en mesure de nourrir leurs communautés, garantir leur propre subsistance et créer et maintenir des systèmes alimentaires divers et durables.
 
70% de la nourriture produite dans le monde provient de l’agriculture paysanne. Les éleveurs, les pêcheurs et les paysans sont les gardiens de la biodiversité et assurent une alimentation durable et de qualité en offrant des alternatives à l’agriculture industrielle de grande échelle. « Dans tous les pays africains, c’est l’agriculture qui est le moteur du développement. La déclaration va permettre aux gouvernements de mieux accompagner les paysans et améliorer leurs conditions de vie, car ils sont essentiels au futur de l’humanité et au progrès de nos pays », explique Ndiakhate Fall, représentant des paysans africains membres de La Via Campesina.
 
Si Action de Carême et Pain pour le prochain s’intéressent au déroulement de ces négociations, c’est parce qu’elles sont en lien direct avec le travail que nos organisations et nos partenaires mènent dans les pays du Sud. Les problématiques de l’accès à la terre et des moyens de production agricoles, le droit à la sélection des semences, la protection de l’environnement et la préservation de la diversité se situent en effet parmi nos priorités. Nous adhérons aux principes de l’agroécologie et nous attelons à des transformations structurelles dans le souci de respecter les limites de notre planète.
 
La nouvelle version de la déclaration sera soumise au vote au Conseil des droits de l’homme au mois de juin 2018, puis à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2018.