Une double casquette fort utile

01.09.2020
Stephan_Tschirren_quadrat

Stephan Tschirren occupe le poste de responsable Formation catéchèse chez Pain pour le prochain.

« Voilà 30 ans que j’habite Wohlen, mais je n’étais jamais venu ici. » Ce printemps, de nombreuses personnes ont réagi de la sorte en découvrant Luggli au cours de leurs promenades. En effet, confinement oblige, les citadin·ne·s ont emprunté en masse un chemin forestier qui longe notre maison. En temps normal, en mars et en avril, je ne les aurais pas rencontrés, car je suis presque toujours en déplacement pour Pain pour le prochain afin de présenter la campagne œcuménique et notre travail lors de services religieux, de soupes de carême ou d’activités dans les écoles. Mais, cette année, tout a été chamboulé et le travail à domicile s’est substitué aux longs trajets en train. Visite de l’invitée de la campagne du Guatemala, échange dans les paroisses, exposés à l’occasion des soupes de carême et ateliers dans les écoles, tout a dû être annulé.

Marie Crescence Ngobo du Cameroun, invitée de la Campagne œcuménique de 2019, visite Luggli.

Luggli est un domaine agricole que notre famille habite et exploite depuis sept ans. Cette activité agricole accessoire est le complément idéal de mes responsabilités chez Pain pour le prochain : appelé pour une prédication dans une paroisse à la campagne, je pouvais palper le scepticisme du pasteur à qui j’expliquais mon orientation thématique, mon vis-à-vis étant convaincu que je pouvais certes faire des théories sur l’accaparement des terres, mais que je n’avais aucune expérience de la réalité de la campagne. Lorsque, plus tard, je l’informais autour d’un café que vingt chevreaux venaient de naître sur notre ferme, on pouvait presque voir comment l’image qu’il s’était faite de moi se transformait.

Un enrichissement réciproque

Ces expériences montrent les synergies qui se dégagent de la combinaison de la pratique de l’agriculture et de la sensibilisation aux questions du développement. Ainsi, Luggli est un passage obligé pour tout partenaire du Sud qui nous rend visite. Cette halte est particulièrement importante pour les personnes actives dans le domaine de l’agriculture, car elle confère à l’échange un caractère plus personnel. Mon activité d’agriculteur a aussi modifié la façon dont j’aborde les thèmes traités par Pain pour le prochain. Maintenant que nous habitons et cultivons une parcelle, je peux mieux comprendre le malheur qu’il y aurait à en être chassés. Or, cela ne fait que sept ans que nous y sommes, pas plusieurs générations, comme c’est le cas d’un grand nombre de nos partenaires du Sud, qui doivent être encore plus attachés à leurs terres ! Aujourd’hui, je présente aussi différemment l’impact du réchauffement climatique. Un printemps pourri, comme celui de l’an passé qui a anéanti pratiquement notre récolte de miel, ou un été chaud et sec, synonyme d’une mauvaise récolte de foin, me montre toute la vulnérabilité des paysan·ne·s.

Cette combinaison enrichit aussi mon activité agricole : la vision globale inhérente aux activités de Pain pour le prochain place nos activités à Luggli dans un contexte plus large. Bien que nous ne vivions pas seulement de l’agriculture – ce serait d’ailleurs impossible –, nous nous sentons unis aux paysan·ne·s et aux paysans du monde entier, car notre travail a, en dépit des différences, de nombreux points communs et de nombreux rapports avec leurs réalités.

Vous trouvez des informations complémentaires en allemand sur le site Luggli « Bio vom Luggli » et sur la page facebook Luggli-Facebookseite.

Votre don est important

Merci beaucoup pour votre soutien !