COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE PAIN POUR LE PROCHAIN SUR LA JOURNÉE DU DIGITAL

Un fabricant d’Apple Watch exploite des étudiants en Chine

25.10.2018
Berne/Lausanne, 25 octobre 2018 : Le producteur chinois d’Apple Watch exploite des étudiants de 16 à 18 ans comme main-d’œuvre bon marché : stage forcé, journées de 12 heures et travail de nuit sont des pratiques courantes. Ceci est confirmé par un nouveau rapport de Sacom, le partenaire chinois de Pain pour le prochain. À l’occasion de la Journée du digital suisse qui a lieu aujourd’hui, l’organisation de politique de développement appelle à ne pas oublier le sort d’«esclaves numériques» et à améliorer les conditions de travail dans le secteur électronique.

«Sans nous, les étudiants, l’usine ne fonctionnerait pas. Nous sommes comme des robots : nous nous tenons sur les chaînes de montage et répétons les mêmes mouvements des centaines et des milliers de fois par jour». C’est ainsi qu’un étudiant de 18 ans décrit la situation dans l’usine «Tech Front» de Quanta Computer dans la ville chinoise de Chongqing. Pour le moment, le groupe électronique taïwanais produit exclusivement l’Apple Watch 4, récemment lancé. Dans l’usine de Chongqing, des séries plus anciennes sont fabriquées.

Selon la publicité d’Apple, le gadget numérique est destiné à rendre ses utilisateurs «encore plus actifs et en meilleure santé». Cela ne s’applique certainement pas aux étudiants et étudiantes des écoles professionnelles chinoises qui fabriquent la montre. Des journées de travail de douze heures et le travail de nuit sont courants. De nombreux jeunes sont contraints de travailler à Quanta, soulignant qu’ils ne pourraient pas obtenir leur diplôme s’ils refusaient ce «stage».

Ces agissements ne respectent pas les directives d’Apple et les lois du travail chinoises. D’ailleurs, la plupart de ces jeunes étudient des matières qui n’ont rien à voir avec l’électronique. Ils ne bénéficient donc pas de leur «stage», mais sont détournés par Quanta comme main d’œuvre bon marché pour la production de l’Apple Watch et de produits d’autres marques électroniques. Cela se fait avec l’accord des autorités locales et des administrations scolaires.

Mettre la lumière sur les zones d’ombre

L’année dernière, Sacom, l’organisation chinoise partenaire de Pain pour le prochain, avait déjà signalé l’exploitation d’étudiants dans l’usine de Quanta à Chongqing. Désormais, le nouveau rapport prouve clairement que la société taïwanaise y produit également l’Apple Watch. Sacom exhorte Apple à s’assurer immédiatement que Quanta se conforme aux normes de l’entreprise américaine et à la législation du travail chinoise. Chez Foxconn, le producteur de l’iPhone X, la publication d’une étude de Sacom a déjà conduit à des améliorations correspondantes aux manquements identifiés.

Pain pour le prochain s’engage depuis longtemps pour de meilleures conditions de travail et le respect des droits humains dans le secteur électronique. «En cette Journée du digital, il est particulièrement important non seulement de souligner les avantages de la numérisation, mais aussi d’en éclairer les côtés sombres», déclare Karin Mader, responsable du programme. Les marques électroniques et les détaillants suisses comme les fournisseurs de télécommunications doivent veiller à ce que les droits des travailleurs soient respectés tout au long de la chaîne d’approvisionnement de la branche. La pression de l’opinion publique, mais aussi les demandes correspondantes de la part des consommateurs et consommatrices peuvent être d’un grand secours à cet égard.

Étude Sacom et photo à télécharger : www.painpourleprochain.ch/medias/

Questions et interviews :

Karin Mader, Responsable droits humains dans le secteur électronique

Le communiqué de presse (PDF)

 

Même procédure, autre fournisseur: clip vidéo de SACOM de 2017 sur l’exploitation des étudiants stagiaires chez Foxconn, un fournisseur d’Apple en Chine