Se transformer pour changer le monde

Transition intérieure

Page d’accueil / Transition intérieure

Le monde de demain sera plus équitable, collaboratif, solidaire et porteur de sens, ou ne sera pas. Pain pour le prochain a créé un laboratoire de la transition intérieure en Suisse romande, avec un accent sur l’écospiritualité et l’écopsychologie.

Porté par la conviction qu’on ne sortira pas des crises écologiques et socio-économiques sans un changement profond de notre système de valeurs et de nos modes d’être et de vie, ce laboratoire entend contribuer à la transition – personnelle et collective – vers un monde plus juste et respectueux de la nature, en synergie avec les alternatives qui émergent aux quatre coins du monde.

Le laboratoire se veut un espace de co-création ouvert et en mouvement. Un lieu de recherche et d’expérimentation pour une nouvelle forme d’engagement : le « méditant-militant » qui allie contemplation et action dans une restauration des liens nourriciers à soi, aux autres, à la Terre et au mystère du Souffle qui habite le vivant.

L’animateur du laboratoire, Michel Maxime Egger, et Noémie Cheval, formatrice pour la transition, constituent depuis novembre 2017 le point de contact suisse du Transition Network international.

Demain_Film
Un système dans l’impasse

Epuisement de la Terre, réchauffement climatique, inégalités en hausse… Les crises écologique et économique manifestent l’impasse de notre mode de développement – axé sur la croissance matérielle infinie, le profit et la compétition – qui se heurte aux limites de la planète. Elles engendrent chez beaucoup de personnes des sentiments d’impuissance et de découragement.

Pour répondre en profondeur à ce bouleversement systémique, il convient d’aller à ses racines. Ces dernières sont culturelles et spirituelles. Elles sont liées à une manière de voir et de vivre qui coupe l’être humain de la nature et réduit celle-ci à une marchandise. L’enjeu est de sortir de ce paradigme, de passer d’un système qui détruit la vie à une société qui la respecte, car fondée sur des relations plus justes entre les êtres humains et avec la nature.

Transformation intérieure et alternatives

La transition est l’engagement – individuel et collectif – pour ce passage. Elle implique une transformation intérieure : un changement fondamental de notre système de valeurs, de notre mode de vie, de notre regard sur les autres – humains et non humains – dans la conscience de leur dignité et de notre interdépendance avec eux.

La transition s’incarne dans nombre d’alternatives qui sont en train d’émerger aux quatre coins de la planète et dont, par exemple, un film comme Demain témoigne : permaculture, énergies renouvelables, éducation, monnaies complémentaires, économie sociale et solidaire…

Cover_dossier
Pain pour le prochain s’engage – au Nord et au Sud – pour une transition vers de nouveaux modes de production, d’alimentation et de consommation. Elle encourage l’agroécologie et une économie solidaire et respectueuse des droits humains, de l’environnement et du climat. Ces nouveaux modèles favorisent la justice, la coopération fraternelle et la sauvegarde du bien commun.

La voie du méditant-militant

Pain pour le prochain aborde la transition sous différents angles : intérieur et extérieur, personnel et collectif. Sur le plan politique, elle oeuvre pour une réforme du cadre structurel et légal. Sur le plan spirituel, elle promeut la quête de sens et de sacré, des valeurs comme l’altruisme, la diversité et la sobriété. Elle offre des sources d’inspiration et des outils pour passer du découragement à l’espérance et de l’apathie à une nouvelle forme d’engagement : le méditant-militant qui allie contemplation et action dans la création d’alternatives locales et de territoires résilients.

Tisser des liens

Pain pour le prochain se voit comme un tisserand animé du désir de relier et mettre en synergie les fils du monde réenchanté de demain que sont en train de tisser les acteurs de la transition au Nord et au Sud. Dans un souci de cohérence, elle se veut elle-même une organisation en transition, capable d’incarner dans ses structures et son fonctionnement interne le changement vers le « paradigme de la vie bien reliée » qu’elle appelle de ses vœux. C’est pourquoi Pain pour le prochain est en chemin vers l’holacratie, une nouvelle forme de gouvernance partagée.

  • 1

    Sensibilisation

    Conférences, débats, publications
  • 2

    Formation

    Cours, ateliers, sessions, parcours du méditant-militant
  • 3

    Action

    Accompagnement d'initiatives locales, outils pour le développement de démarches de transition, jeûne,
  • 4

    Réseaux

    Activation de synergies, partenariats

Actualités

Des conférences et rencontres, mais aussi des textes et émissions qui éclairent en particulier les dimensions intérieures de la transition, font écho et prolongent les activités du laboratoire.

WebConfChapelle

Se reconnecter à la toile du Vivant

11.04.2018

Comment nous préparer à la transition vers un monde post-carbone, libéré de la croissance matérielle, de la compétition et de la dépendance aux énergies fossiles ? L’une des clés …

christine besossens migros magazine

Jeûner pour soigner son âme

26.03.2018

Migros Magazine, Lysiane Christen - En cette période du carême, de nombreux croyants se privent de nourriture pour approfondir leur spiritualité. Cette prati…

180306_Bienne en transition_10_Anja Fonseka

Bienne en transition – compte rendu

24.03.2018

« C’est le Konfimaa (Monsieur confiture) qui est là ! » C’est ainsi que Janosch fut accueilli par les enfants lorsqu’il sonna à la porte de ses premie…

Formations

Des espaces pour aborder les dimensions « intérieures » et « extérieures » de la transition. L’approche met l’accent sur l’expérience, en combinant exercices pratiques et apports théoriques. En partenariat avec d’autres lieux et organisations, notamment sous l’égide du point de contact suisse du Transition Network international.

 

Du 1er juin
au 3 juin 2018

Château de Bossey (GE)

painpourle action de careme logo eervlogo_jouvenceeditions-720x398Paroisse Champel_logo_

Rencontre d’écospiritualité

Les problèmes écologiques et climatiques ne sont pas solubles dans le développement durable ou les écogestes au quotidien. Y répondre de manière profonde appelle à un changement de paradigme, qui implique notamment de redéfinir la juste place et la responsabilité de l’être humain dans la nature. C’est à cette question clé que sera consacrée la 2e Rencontre d’écospiritualité qui se déroulera dans le lieu inspirant du Château de Bossey. Elle sera abordée de divers points de vue ainsi qu’à travers des alternatives socio-économiques et des initiatives communautaires concrètes. Animée par des intervenant-e-s de qualité, elle alternera exposés, débats, ateliers pratiques (sculpture, peinture, écopsychologie, méditation, etc.), échanges en petits groupes, moments de contemplation et de célébration.

Lieu : Château de Bossey (près de Genève)

Dates : du 1er juin (18h) au 3 juin (16h30) 2018

Cette rencontre a été conçue et organisée par Marie Cénec (pasteure à Genève), Michel Maxime Egger (responsable du laboratoire de la transition intérieure à Pain pour le prochain), Philippe Roch (consultant en écologie et spiritualité) et Yvan Rytz (guide en nature sauvage).

Elle est soutenue financièrement par Pain pour le prochain, l’Eglise Evangélique Réformée du canton de Vaud, la fondation Pierre et Laura Zürcher, la Société genevoise en faveur des protestants disséminés.

La civilisation occidentale – fondée sur la croissance continue, la compétition et le consumérisme – a dépassé les limites de la biosphère et de l’humain. Au point que les risques d’effondrement s’accroissent dans tous les domaines : économique, social, écologique. Même s’ils sont souhaitables, les progrès techniques, le développement durable et les écogestes au quotidien ne suffiront pas à répondre en profondeur à cette situation. Comme l’écrit le pape François dans l’encyclique Laudato si’, nous sommes appelés à « avancer dans l’urgence d’une révolution culturelle audacieuse ». L’enjeu est d’opérer une transition vers un monde nouveau, fondé sur des relations réharmonisées avec les autres, humains et non humains.

Ce changement de paradigme implique de changer notre regard sur la nature pour la réenchanter, mais aussi sur nous-mêmes pour retrouver notre juste place dans la toile du vivant. Après avoir exploré en 2017 la présence de Dieu dans la Création, c’est à cette question anthropologique que la rencontre de Bossey sera consacrée en 2018. Elle sera abordée de divers points de vue philosophiques, théologiques et culturels, ainsi qu’à travers des alternatives socio-économiques et des initiatives communautaires concrètes.

Les visions qui seront présentées serviront de socle pour tenter de définir la responsabilité de l’humain envers la Terre et tous les êtres qui l’habitent. Elles mettront en question le refus de la finitude et l’idée encore largement répandue de l’humanité au centre de tout et au-dessus d’une nature considérée comme un stock de ressources à son service.

Les exposés seront approfondis dans des débats et divers ateliers pratiques (sculpture, peinture, écopsychologie, méditation, shintaïdo, théâtre, etc.), des échanges en petits groupes ainsi que des moments de contemplation et de célébration. Un choix d’ouvrages sera proposé à un stand librairie, avec le soutien notamment des éditions Jouvence. Un espace sera offert aux groupes et initiatives désireux de présenter leur engagement en écospiritualité.

Les conférenciers/ères seront :

  • Dominique Bourg (philosophe et professeur à l’Université de Lausanne)
  • Jean-Jacques Brun (docteur en écologie, membre de la Chaire Jean Bastaire, Université catholique de Lyon)
  • Jeanmichel Capt (luthier)
  • Marie Cénec (théologienne protestante)
  • Michel Maxime Egger (écothéologien orthodoxe)
  • Christine Kristof (écojournaliste)
  • Philippe Roch (consultant en écologie et spiritualité)
  • Sofia Stril-Rever (indianiste, écrivain et biographe du Dalaï-lama)
  • Yvan Rytz (guide en nature sauvage)
  • Sophie Swaton (maître d’enseignement et de recherche en philosophie économique à l’Université de Lausanne).

Des ateliers seront proposés par des conférenciers ainsi que par Yves Lemennicier (artiste), Anne-Christine Menu (pasteure et artiste) et Christian Vez (théologien protestant et metteur en scène).

Nombre de places limité. Premier inscrit, premier servi.

Inscription jusqu’au 13 mai 2018 avec ce formulaire ou en renvoyant la feuille d’inscription à :

Pain pour le prochain
Avenue du Grammont 9
1007 Lausanne
ou à notre adresse courriel

Du 18 au
25 mars 2018

Crêt-Bérard, Puidoux

Affiche_jeuneurs

Semaine de jeûne résidentiel

Pendant une semaine, en résidentiel, jeûner ensemble pour la transition vers un monde qui respecte la Terre et le droit à l’alimentation. Une expérience qui permet d’approfondir son cheminement spirituel, de mettre son corps au repos et d’entrer en solidarité avec des personnes défavorisées au Sud, en consacrant le prix des repas non consommés au soutien de projets de développement au Sénégal et au Bénin.

Lieu : Crêt-Bérard, 1070 Puidoux (Suisse)

Organisation : Crêt-Bérard, Pain pour le Prochain et Action de Carême.

Toute personne intéressée et dont la santé permet un jeûne d’une semaine.

Dates : Du 18 au 25 mars 2018

Horaires : Du dimanche 18 mars 15h au dimanche 25 mars vers 11h.

Indication pratique : La descente alimentaire s’effectue avant la semaine de jeûne par chaque participant individuellement. Le jeûne sera rompu avec une pomme le samedi midi et une soupe sera partagée le soir. Petit-déjeuner le dimanche matin.

Prix : 690 CHF (dont 200 CHF d’animation) en pension complète et nuit au cloître ; 630 CHF pour chambre avec salle de bain.

 

alain_monnard

Alain Monnard

Pasteur résident à Crêt-Bérard

Animation spirituelle

transition2

Petra Kummer

Coach Büchinger
MEgger_Photo Jean-Claude Gadmer

Michel Maxime Egger

Responsable du laboratoire de transition intérieure à Pain pour le prochain.

Apport sur jeûne et transition écologique

 

Nouvel engouement pour la pratique du jeûne, Michel Maxime Egger, Hautes Fréquences, RTS, 26.02.2017

Juin à
novembre 2018

Crêt-Berard, Puidoux

petitesecoles

Petite école pour la Terre

Un parcours de cinq jours sur plusieurs mois pour acquérir des connaissances et des outils dans divers domaines de l’écospiritualité et de l’écologie. Vivre une démarche intérieure et pratique pour tisser en profondeur notre lien à la Terre et à sa Source divine : s’enraciner dans l’émerveillement et la gratitude, honorer notre douleur pour le monde en souffrance, changer de vision et nous engager à partir de notre désir profond. Plus d’informations.

Lieu : Crêt-Bérard, 1070 Puidoux (Suisse)

Organisation : Crêt-Bérard, avec la collaboration de Pain pour le Prochain (Laboratoire de la transition intérieure), Action de Carême, A Rocha et œco.

Personnes de tous âges, de sensibilités variées. Aucun prérequis, sinon la motivation à participer activement à tout le parcours en étant prêt à vivre des découvertes et des déplacements intérieurs.

Journées de formation (2018) : samedi 16 et dimanche 17 juin (week-end en résidentiel), samedi 8 septembre, dimanche 7 octobre et samedi 10 novembre.

Horaires (journée type) : Accueil à 8h30, ouverture à 9h00, fin à 17h45.

Prix : 375 CHF tout compris (275 CHF pour apprentis et étudiants) ; pour celles et ceux qui réservent un lit pour le premier week-end en résidentiel, supplément de 40 CHF à 85CHF selon la catégorie de chambre. Ces montants ne doivent retenir personne ; arrangements possibles.

alain_monnard

Alain Monnard

Pasteur résident et directeur de Crêt-Bérard
MEgger_Photo Jean-Claude Gadmer

Michel Maxime Egger

Responsable du laboratoire de la transition intérieure à Pain pour le prochain.

OK_MmeBronchi_2

Valérie Bronchi

transition2

Laurence Jacquaz

steve_tanner_petite_ecole

Steve Tanner

A Rocha
les invites
Avec de nombreux intervenant-e-s d’horizons variés comme Dominique Bourg, Marie Cénec, Alain Viret, René Longet, Otto Schaefer, Susana Jourdan, Maryline Bisilliat, Elise Magnenat, etc.

Dates
A définir

Lieu à définir

conversations_carbone_2

Conversations carbone

Mettre son quotidien au diapason de la protection du climat et de ses valeurs est difficile. C’est sur ce constat que reposent les Conversations carbone. Interactives et ludiques, elles proposent un processus de conscience sur l’impact de nos comportements en matière de logement, mobilité, alimentation et consommation, les possibilités concrètes de réduire nos émissions de CO2 ainsi qu’un travail sur les motivations et les obstacles intérieurs au changement. Au nombre de six et d’une durée de deux heures, elles se vivent en groupe de huit personnes accompagnées par deux animateurs formés. Plus d’informations.

Lieu : En fonction de chaque groupe.

Organisation : Les Artisans de la Transition, en collaboration avec Pain pour le Prochain (Laboratoire de la transition intérieure) et Action de Carême.

Personnes de tous âges, de sensibilités variées. Aucun prérequis, sinon l’engagement à suivre les six ateliers d’une session.

Une session comprend six ateliers de deux heures. Les dates et horaires sont définis par les participant-e-s et les animateurs.

Prix : Encore à déterminer mais modique. Il s’agit notamment de couvrir le matériel didactique, les déplacements des animateurs ainsi que ceux liés à l’organisation de la soirée. La contribution attendue ne doit pas empêcher la participation ; des arrangements sont possibles.

Des animatrices et animateurs qui ont suivi une session de conversations carbone ainsi que le cours de facilitation.

Parmi eux :

dorothee

Dorothée Thévenaz-Gygax

Responsable de la formation, Action de Carême
MEgger_Photo Jean-Claude Gadmer

Michel Maxime Egger

Responsable du laboratoire de la transition intérieure à Pain pour le prochain.

Les jeudis du
1er février au 29 mars 2018

Formation en ligne

formation_online

Lancer une initiative de Transition (version en ligne)

La formation en ligne « lancer une initiative de transition » propose une manière originale de se plonger dans la pratique de la transition en vous accompagnant dans la découverte de comment concevoir, gérer et faire grandir une initiative de transition. Plus d’informations.

Lieu : en ligne

Organisation : Point de contact suisse du Transition Network international et le réseau transition belge.

Cette formation est également utile pour les personnes qui sont déjà impliquées dans la transition et qui veulent développer les compétences et les connaissances essentielles pour aider leur Initiative de transition à acquérir de bonnes bases. C’est un équivalent online de la formation « Lancer une initiative de Transition« 

  • Quand ? En soirée, à partir du 1er février 2018, tous les jeudi pendant 8 semaines:  01/02 > 8/02 > 15/02 > 22/02 > 01/03 > 08/02 > 15/03 > 22/03 > 29/03
  • ?  Par internet !
  • Horaire : Le jeudi soir, accueil à 20:00 , début 20:15 et fin à 22:00. Nous vous conseillons de vous connecter 15 minutes avant le début (çàd à 20h) afin de résoudre d’éventuelles difficultés techniques.
  • Nombre de places disponibles pour la formation : 20
  • Matériel : Un ordinateur connecté à internet, une webcam et un micro
  • Contact : formation@reseautransition.be

 

Tarifs qui s’appliquent à cette formation :

  • 165€- Cette formation de deux jours revient à 165€ par personne. Ce prix vous concerne si vous n’êtes pas impliqué directement dans une initiative de Transition ou que vous voulez nous soutenir (prix association, entreprise, secteur public etc.)
  • 60€ – Grâce aux subsides qui nous sont octroyés, nous sommes en mesure de proposer la formation au prix de 60€ aux personnes déjà impliquées dans une initiative de Transition. Nous cherchons actuellement à diversifier nos sources de financement afin de pouvoir continuer à vous offrir cette réduction.
  • 30€: Parce que l’argent ne doit pas être un frein, trois places à tarif réduit sont disponibles. Afin de pouvoir bénéficier de ce tarif, merci de contacter au préalable le responsable formations au 0471/85.40.37

 

Les formateurs

  • Isabelle Vandriessche : Co-initiatrice de Soignies en Transition et administratrice du Réseau Transition. Agronome et forestière de formation, s’intéresse à la permaculture, à l’agro-écologie et et au fonctionnement des écosystèmes.
  • Josué Dusoulier : Co-initiateur du Réseau Transition et d’Ath en transition. Formateur transition depuis 2010 et à l’initiative de la création de l’équipe de support du réseau transition, apprenti permaculteur. Spécialisé en méthodes de formation, gouvernance, transition intérieure et dynamique de groupe
  • François-Olivier Devaux : Impliqué dans le collectif betransition et co-initiateur d’Etterbek en Transition, il a rejoint en 2015 l’équipe de support du Réseau Transition. Au sein de cette équipe, il est en charge de la diffusion des idées de la Transition dans la société ainsi que du lien avec le monde académique et tous les acteurs qui inspirent le mouvement de la Transition. Il s’efforce d’intégrer les concepts clés de la Transition (résilience, transition intérieure, scénarios d’évolution de nos sociétés) tant d’un point de vue théorique, que d’un point de vue concret en les vivant sur le terrain et dans les espaces collectifs.
  • Noémie Cheval : Anthropologue du vivre et du construire ensemble, Noémie Cheval a commencé son apprentissage par l’éducation populaire, le travail communautaire de jeunesse et la pédagogie non-formelle. Militante associative, elle a particulièrement travaillé à l’inclusion et à la justice sociale.
    Passionnée par les enjeux de l’éducation politique permanente, elle travaille aujourd’hui comme formatrice, design-euse de formation et facilitatrice d’écopédagogie. Elle vit son engagement citoyen en accompagnant des groupes et des personnes sur le chemin de la transition et de la permaculture sociale. Ses méthodes préférées: l’apprentissage auto-dirigé, la gouvernance partagée, l’intelligence coopérative et “l’art d’accueillir des conversations qui comptent”.
  • Spécialisé en communication et Eco-conseiller, Julien Lesceux accompagne des processus de changements individuels et collectifs liés aux enjeux (socio) environnementaux depuis une dizaine d’années. Après avoir expérimenté les techniques publicitaires (Master en communications commerciales et publicité à l’ihecs), une expérience de voyage de plusieurs mois en Amérique latine l’a amené dans la ‘coopération au développement’. Dans ce cadre, il a notamment accompagné des agriculteurs et artisans des Andes péruviennes dans la transition vers des modes de productions plus ‘durables’. A son retour en Belgique, il est devenu éco-conseiller. Il met aujourd’hui ses compétences en communication et en formation pour divers organismes (ministère bruxellois, CTB, Max Havelaar,…). Parallèlement, il a initié « Transition en Court », le mouvement de transition de sa commune, Court-Saint-Etienne. Papa de deux petites filles, il se passionne pour les rencontres et les projets qui permettent de (nous) rassembler, de se relier à Soi, aux Autres et à la Nature.
  • Anthropologue de formation, Mayliss François a travaillé dans le secteur de la coopération au développement, expérience grâce à laquelle elle a pu voyager un peu partout en Afrique et plus particulièrement au Rwanda et au Burundi. C’est dans ce voyage qu’elle a commencé à s’intéresser à l’état du monde et à la systémique et surtout les liens entre ce qu’elle faisait tous les jours et les conséquences pour les personnes qu’elle croisait en Afrique. Ce cheminement l’a progressivement amené vers le mouvement de la Transition. En dehors de son implication dans la transition, elle aime explorer les autres façons de s’exprimer: l’art visuel avec la peinture et les arts sportifs, comme elle les appelle: dance, acrobatie, etc.
  • Frauke Scheller est à l’origine de « Maloka » , le groupe de parents d’Ath en transition, pour une éducation bienveillante et en lien avec la nature. Elle est notamment active dans son sous-groupe « Nanana » qui travaille à la création d’une école alternative. Sa pratique de terrain, les formations suivies et sa passion pour l’éducation l’ont amenée à devenir formatrice au Réseau Transition.  Elle s’intéresse particulièrement à la transition intérieure et au « faire ensemble autrement » (gouvernance partagée, intelligence collective), pour lesquelles elle s’est formée et pratique dans ses projets.

Vidéos

Une collection, en création, de vidéos maison où des acteurs – de renom et moins connu – parlent des dimensions intérieures de la transition et de leur engagement pour un changement de cap écologique et sociétal.

Cercle de réflexion

Composé de personnalités couvrant différents champs de connaissance et d’action, le cercle de réflexion accompagne le laboratoire en explorant les dimensions culturelles, psychologiques et spirituelles de la transition. Il vise à rester en phase avec la recherche académique et à nourrir le réseau des acteurs de la transition. Il travaille selon des modes novateurs d’intelligence collective mobilisant toutes les dimensions de l’être.

Les membres du cercle de réflexion

Sophie Swaton

Maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne, Faculté des géosciences et de l’environnement

Dominique Bourg

Philosophe, professeur à l’Université de Lausanne, Faculté des géosciences et de l’environnement

Marie Cénec

Théologienne protestante, pasteure au centre-ville de Genève (rive gauche)

Daniel Curnier

Assistant à la Haute Ecole pédagogique du canton de Vaud et doctorant à l’Institut de géographie et durabilité de l’Université de Lausanne

Michel Maxime Egger

Sociologue et écothéologien, responsable « transition intérieure » à Pain pour le prochain

DBourgPlay
MCennec
MEggerPlay

 

Xavier Gravend-Tirole

Théologien, aumônier à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne

Jean-Claude Huot

Aumônier et animateur de la pastorale œcuménique dans le monde du travail

Sarah Koller

Assistante-doctorante à l’Université de Lausanne, Faculté des géosciences et de l’environnement

Philippe Le Bé

Journaliste indépendant

XGravendPlay
JCHuotPlay
SKoller
PhBePlay

 

Philippe Roch

Consultant en écologie et spiritualité

Yvan Rytz

Guide de rites de passage en nature, collaborateur personnel de la conseillère d’Etat Béatrice Métraux (VD)

Aude Zeller

Psychothérapeute, psychanalyste transgénérationnelle et praticienne en mémoire cellulaire

PhRochPlay
YRitzPlay
SSwatonPlay
AZellerPlay

Recevez notre newsletter

Contact

BERN 10.11..2014 – Michel Egger, zustaendig fuer das Dossier Handel bei Alliance Sud. Foto: Daniel Rihs

Michel Maxime Egger

Sociologue et écothéologien
Responsable transition intérieure à Pain pour le prochain
+41 (0)21 614 77 19
Courriel

Plus d'informations et matériel

Transition intérieure - Galerie
VOLTEFACE_LOGO

Volteface

polesud

Pôle Sud

pro natura

Pro natura

theofil

Théofil

Demain Genève

Demain Genève

En construction

Pin It on Pinterest

Share This