Addax Bioenergy

Un accord foncier aux conséquences graves

Actualités

Addax vend à des investisseurs douteux

07.10.2016

Lausanne/Freetown, 7 octobre 2016 – C’est maintenant clair : Addax vend son projet d’agrocarburants à Sunbird Bioenergy. Cela promet de créer une percée dans la production d’…

Offrande du Jeûne fédéral

22.07.2019

Par leur offrande, les paroisses vaudoises, genevoises et neuchâteloises permettent à des agricultrices Maliennes de s'engager pour l'agroécologie et l'accè…

Les bêtes noires des géants

11.07.2019

La Liberté a enquêté sur la prise en considération des ONG par les grandes entreprises suisses. Cnantal Peyer expose la position de Pain pour le prochain

Fondements

Le prix a payer pour le carburant de nos voitures

En 2011, la multinationale genevoise Addax Bioenergy s'est lancée dans la production de bioéthanol à base de canne à sucre en Sierra Leone, causant à des villages entiers la perte de leurs terres. Addax a cessé ses activités à la mi-2015 et a vendu le projet à des investisseurs anglo-chinois fin septembre 2016. Les effets négatifs demeurent - et donc aussi la responsabilité de l'entreprise et des banques de développement.

En 2009, l’entreprise multinationale genevoise Addax Bioenergy a loué 54’000 ha de terrain dans la région de Makeni, en Sierra Leone, pour y cultiver la canne à sucre avec laquelle elle entendait fabriquer du bioéthanol destiné au marché européen. En parallèle, les déchets produits devaient servir à générer de l’électricité pour le réseau national. Selon Addax, ce projet était le modèle par excellence d’investissement durable. D’un montant total d’EUR 455 millions, le financement venait pour moitié de deniers publics, par le truchement de huit banques de développement, dont une partie issue de l’aide au développement helvétique.

D’une durée de 50 ans, les baux négociés par Addax ont été signés par les chefs locaux responsables de la gestion des terres. Portant sur des champs jusqu’à lors mis en valeur par des familles paysannes pour y cultiver des légumes, du riz ou du manioc, ces contrats ont semé la zizanie dans les villages. Pour Pain pour le prochain, c’est un exemple d’accaparement de terres, raison pour laquelle nous avons aidé Silnorf, notre partenaire sur place, à surveiller l’évolution de la situation et à accompagner les habitant-e-s dans leurs négociations avec Addax.

Aucune perspective d’avenir

En juin 2015, Addax a annoncé que 75 % du projet serait vendu au groupe anglo-chinois Sunbird Bioenergy. Addax a conservé 25 % des actions. Avant la vente, Addax avait remboursé tous les prêts aux banques de développement. Les engagements sociaux et environnementaux pris par Addax ont ainsi perdu leur validité. Mais les plantations et les baux restent en place, comme en témoigne la visite de Pain pour le prochain en avril 2016 : là où l’on cultivait autrefois des aliments, on trouve aujourd’hui des plantations de canne à sucre partiellement inutilisées.

En mai 2019, on a appris que Sunbird avait apparemment fait venir le groupe Brown du Sri Lanka en tant qu’investisseur à la recherche de nouveaux fonds. Ce nouvel acteur ajoute une incertitude supplémentaire à la renégociation hésitante des contrats de location. Ce qui est certain, cependant, c’est que le projet n’aurait jamais vu le jour sans les fonds des banques de développement, ce qui les rend responsables.

Le programme d’aide agricole mis sur pied par Addax ayant pris fin, la population est maintenant obligée d’acheter à prix d’or du riz importé. Or, l’argent manque : des milliers de personnes ont perdu leur emploi temporaire chez Addax. Les activités accessoires qui étaient apparues, location de logements ou petite restauration en bordure de route, par exemple, se sont effondrées.
Bien que Sunbird ait repris ses activités, le développement promis a échoué et l’avenir reste incertain. Pain pour le prochain continuera à soutenir l’organisation partenaire Silnorf afin de défendre les droits des habitants de la région de Makeni.

 

Déplacement exlu !

Dans la phase initiale du projet, l’entreprise certifiait qu’il n’y aurait pas de déplacement des populations. En mars 2019, cependant, des villageois ont rapporté qu’il a été soudainement annoncé que le village de Tonka devrait être réinstallé dans quelques jours. Tonka est à proximité immédiate de l’usine et l’agitation était grande. Les 300 villageois au accès à de l’eau dans les réservoirs que l’entreprise met à leur disposition. Ceux-ci sont trop petits et ne sont pas suffisants pour l’ensemble du village. De plus, l’entreprise elle-même affirme que l’eau potable du village est fortement polluée. Grâce à la médiation de notre partenaire SilNoRF avec l’entreprise et les autorités locales, le déplacement des villageois a pu être évité et la situation a pu être apaisée. Entre-temps, un déplacement pour 2020 a, à nouveau, été annoncé. Nous continuons à exiger que les villageois soient consultés et puissent se prononcer sur la question du déplacement de leur village.

Faits et chiffres

Une spirale de dépendance

  • 1

    A Makeni,dans la province du Nord de la Sierra Leone, 52 villages et plus de 13'000 petits agriculteurs sont concernés par l'exploitation de la canne à sucre par Sunbrid.
  • 2

    Un peu moins de la moitié du loyer que paie Addax va aux chefs locaux, aux fonctionnaires du district et au gouvernement central, le reste revenant aux propriétaires fonciers.
  • 3

    Ces derniers empochent environ USD 7,90 par ha et par an, ce qui est peu, même en Sierra Leone, tandis que ceux qui exploitent les champs ne touchent rien du tout.
  • 4

    Etant donné que les villageois ne cultivent plus qu'une infime partie des denrées qu'ils consomment, ils en sont réduits à importer du riz qu'ils paient EUR 0,20 la tasse.
  • 5

    Il faudra de nombreuses années et l'injection massive de moyens pour convertir ces vastes monocultures en champs que les locaux pourront à nouveau mettre en valeur.

Ce qu'exige Pain pour le prochain

Une agriculture rurale au lieu de l'agro-industrie

Un changement radical de modèle agricole : l’exemple d’Addax montre bien que le développement durable ne passera par les grandes multinationales, mais par ceux qui vivent de la terre. C’est pourquoi nous préconisons de délaisser le modèle agricole actuel qui repose sur des intérêts industriels et commerciaux pour revenir à une agriculture écologique déterminée par les paysan-ne-s.

Pas de financement pour l’accaparement de terres : même si Addax a remboursé l’argent public, les acteurs du développement – que ce soit le Seco, la DDC, tout comme les banques de développement qu’ils financent – doivent cesser d’accorder des prêts à des projets qui accaparent des terres.

Des responsabilités à assumer : Addax, les banques de développement, le Seco, la DDC doivent assumer leur part de responsabilité ou du moins veiller à ce que tout nouvel investisseur respecte les droits des personnes que leurs projets affectent ainsi que les règles internationales en matière d’affermage.

Ce que fait Pain pour le prochain

Observer et exiger des changements

Silnorf, l'organisation partenaire de Pain pour le prochain, surveille le développement du projet et exige le respect des droits humains des populations concernées. Pain pour le prochain publie les résultats , sensibilise le public suisse et fait pression sur l'entreprise et ses bailleurs de fonds.

Au Sud

En Sierra Leone, Pain pour le prochain travaille en étroite collaboration avec son partenaire Silnorf (Sierra Leone Network on the Right to Food). Depuis 2010, Silnorf observe la situation sur place, informe les personnes concernées de leurs droits, sert d’intermédiaire entre Addax, le gouvernement et la population et négocie également des améliorations pour les populations locales. Pain pour le prochain et Silnorf sont actuellement en train d’analyser la validité en droit des contrats de bail qui ont été signés. Nos organisations se posent ainsi en partenaires fiables pour défendre les droits des individus concernés.

Au Nord

Dès 2010, Pain pour le prochain a porté le projet d’Addax à la connaissance du grand public tout en sensibilisant l’opinion à la question de l’accaparement de terres. Les injustices et les enjeux pour les populations locales ont fait l’objet d’études diffusées dans les médias et auprès de la populations suisse. Par ailleurs, notre organisation a mené à plusieurs reprises des pourparlers avec Addax dans le but d’améliorer la situation pour la population locale. Des discussions ont également été menées avec le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) et la Direction pour le développement et la coopération (DDC) par le biais desquels des fonds sont allés financer ce projet. Au cours de ce processus, l’attention a été attirée sur les conséquences problématiques des grands projets d’investissement et sur le fait que ceux-ci ne devraient pas être financés par des fonds publics.

Ce que nous avons réalisé

Soutien à la population concernée

La persévérance et les efforts dont Silnorf a fait preuve ont porté leurs fruits car les violents affrontements qui ont éclaté ailleurs dans le pays ont ainsi pu être évités dans la région de Makeni. Les discussions avec Addax ont été l’occasion de mettre les problèmes à plat et parfois d’y remédier. Silnorf est, par exemple, parvenu à convaincre Addax de déplacer ses propres champs pour que les villages concernés puissent accéder à des terres ou à la brousse où les villageois-e-s trouvent des végétaux utiles à leur alimentation ou des plantes médicinales. De plus, certaines améliorations ont pu être apportées aux contrats de bail.

En Suisse, la persistance des rapports et des interventions administratives a permis de sensibiliser au problème des grands investissements fonciers.

Contact

Silva Lieberherr

Accaparement des terres

031 380 65 85

Mail

Documentation

The Weakest Should not Bear the Risk – 09/2016 (étude de Pain pour le prochain et Brot für die Welt)

Rapports de surveillance de Pain pour le prochain et SiLNoRF

Rapport 2017

Rapport 2016

Rapport 2014

Rapport 2013

Rapport 2012