Les droits pour les paysannes et les paysans

Déclaration des Nations Unies

Page d’accueil / Agriculture & Climat / Les droits des paysannes et paysans
Rice farmers in Honduras, where free trade has brought the introduction of imported rice, making it difficult to earn a living growing rice.

Fondements

Protéger celles et ceux qui nous nourrissent

Bien qu'ils produisent une grande partie de notre nourriture, dans beaucoup de pays, les petit-e-s paysan-ne-s ne reçoivent très peu d'aide et souffrent tant de la pauvreté que de la faim. Une convention des Nations Unies est censée consacrer leurs droits.

Les familles paysannes produisent certes toujours 70% de la nourriture de la planète, elles sont pourtant de plus en plus marginalisées dans nos sociétés. Au lieu de promouvoir les zones rurales, de nombreux gouvernements des pays du sud comptent sur les multinationales pour favoriser leur développement et pour accroître leurs recettes fiscales, en conséquence de quoi, d’innombrables familles sont évincées de la culture des palmiers à huile, du maïs ou de toute autre source de biocarburant dans leur pays, quand les produits bon marché importés de l’étranger ne les empêchent pas tout bonnement de vendre leur production. Par ailleurs, de plus en plus de pays adoptent de nouvelles lois sur les semences qui restreignent la culture et la vente de leurs propres graines. Souvent pauvres, mal organisés et éloignés de la capitale, ils n’ont presque aucun poids politique et s’ils s’opposent à ces privations de leurs droits, ils sont traités en criminels.

Une déclaration des Nations Unies en guise de première étape

Dans le but de mieux défendre les droits des familles paysannes, le Conseil des droits de l’homme, qui se réunit à Genève, envisage de rédiger une déclaration qui protègerait non seulement leur sécurité mais aussi leur accès à la terre, à l’eau, aux semences et à toute autre ressource. Dans ce processus, l’organisation paysanne internationale Via Campesina, dont la mission principale est de faire entendre autant que possible la voix des paysan-ne-s du monde entier dans ce type de discussion, joue un rôle prépondérant. Il s’agit aussi de sensibiliser les gouvernements aux réalités que vivent les paysans et à leurs préoccupations pour que les décideurs créent un cadre règlementaire propice à l’amélioration des conditions de vie et de travail en milieu rural.

Faits et chiffres

L'agriculture : un secteur négligé

  • 1

    La moitié de la planète vit à la campagne

    Près de 3,36 milliards d'individus, soit 46% de la population mondiale, habitent dans les campagnes.
  • 2

    L'agriculture constitue la pierre angulaire de notre existence

    Environ 2,5 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale, vivent essentiellement de l'agriculture. En Afrique sub-saharienne, cette proportion atteint même 62%.
  • 3

    Une ruralité souvent synonyme de dénuement

    70% de ceux qui souffrent d'une pauvreté extrême vivent dans des zones rurales.
  • 4

    Moins de débouchés pour les paysan-ne-s

    Jadis exportateur net de produits agricoles, le continent africain est passé au statut d'importateur net de denrées alimentaires. Depuis les années 80, le cours des matières premières agricoles a dévissé, provoquant une augmentation des importations non-compensées par les exportations.
  • 5

    Le parent pauvre de l'aide au développement

    De 1980 à 2006, l'aide au développement est passée d'USD 7 à 27 milliards, mais dans le même temps, la proportion de ces fonds allouée au secteur agricole a diminué de 20 à 4% et a même chuté en termes absolus.
Demonstration von Via Campesina

Ce que fait Pain pour le prochain

Une mobilisation commune en faveur d'une déclaration pour les paysan-ne-s

  • Pain pour le prochain travaille directement avec Via Campesina et demande à ce que la Suisse soutienne le processus de déclaration de l’ONU.
  • Avec ses partenaires, Pain pour le prochain s’engage à informer les familles paysannes du monde entier de l’état d’avancement du processus de rédaction de la déclaration des Nations Unies et à se faire leur porte-voix devant le Conseil des droits de l’homme. A cette fin, des experts des droits humains forment les paysan-ne-s aux droits humains et les accompagnent.

Bern 28.5.2015 Petitionsübergabe der Klima-Allianz  © Marco Zanoni / Lunax

Ce que nous avons réalisé

Grâce à un lobbying intense, le gouvernement suisse est de la partie

On sent d’ores et déjà que les paysan-ne-s seront entendus. Grâce à l’implication et à la force de conviction des représentants de Via Campesina originaires d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et d’Europe, beaucoup de chemin a pu être parcouru. De nombreux gouvernements, notamment en Argentine, au Brésil ou en Suisse, initialement opposés à un tel cadre règlementaire au niveau de l’ONU, ont pu être convaincus de la nécessité de protéger les familles paysannes.

En Suisse, Pain pour le prochain et d’autres ONG suisses sont parvenues à faire bouger la ligne gouvernementale grâce à leurs activités de plaidoyer et à leur pression tant auprès du public que dans les média.

Film de FIAN sur la déclaration de l’ONU:

Nos partenaires

International

La Via Campesina

FIAN International

ANAFAE


Au Nord

CETIM

Swissaid

Contact

EW
Ester Wolf

Droit à l’alimentation

021 614 77 13

Mail

Pin It on Pinterest

Share This