Communiqué de presse : Campagne « Stop benzène »

Swisscom reconnaît le problème et prend des mesures

13.09.2016

Swisscom reconnaît le problème et prend des mesures

Lausanne, le 13 septembre 2016. – La campagne lancée la semaine dernière par Action de Carême et Pain pour le prochain montre ses premiers succès. Suite à la pétition lancée par les deux organisations, qui demande aux revendeurs suisses de s’engager afin que le benzène soit exclu du processus de fabrication des téléphones portables qu’ils vendent, Swisscom a réagi positivement. Elle a décidé de faire des pas concrets dans ce sens.

Swisscom, le plus grand revendeur suisse de téléphones portables, a réagi à la campagne « Stop benzène » lancée par Pain pour le prochain et Action de Carême le 5 septembre dernier. Dans une communication officielle, l’entreprise reconnaît l’impact négatif de l’utilisation du benzène sur la santé des ouvriers et des ouvrières dans les usines qui produisent nos téléphones portables.

 

« En tant que pionnière dans les questions de développement durable, Swisscom s’engage depuis 2011 de manière active, également sur le plan international, afin d’introduire la question de la durabilité dans sa chaîne d’approvisionnement, par le biais d’audits chez ses propres fournisseurs », rappelle Res Witschi, responsable de la Responsabilité Sociale d’entreprise chez Swisscom. Swisscom affirme être prête à agir au sein d’initiatives de la branche, principalement le GeSI (Global e-Sustainability Initiative) et la Joint Audit Cooperation (JAC), afin que le benzène ne puisse plus être utilisé dans le processus de fabrication des appareils électroniques de telle manière que les ouvrières et les ouvriers se retrouvent, sans protection, en contact direct avec le produit. « L’engagement de Swisscom en lien avec la campagne « Stop benzène » est un pas supplémentaire dans ses efforts pour développer une chaîne d’approvisionnement durable dans le domaine du ꞌhigh techꞌ», poursuit Res Witschi. Il s’agit de veiller ainsi à ce que ce produit soit remplacé par d’autres substances moins dangereuses pour la santé ; et, dans les cas où il est toujours utilisé, que les ouvrières et les ouvriers soient informés des risques et des mesures de protection adéquates (vêtements, masques) soient prises.

 

Maintenir la pression sur les revendeurs

Le benzène tue dans les usines en Chine et ailleurs. Lentement et de manière invisible. Utilisé dans la phase finale de fabrication des téléphones, ce produit hautement toxique provoque des cancers et entraîne la mort. Avec leur campagne, Action de Carême et Pain pour le prochain veulent alerter l’opinion publique et questionner les revendeurs quant à leur responsabilité. Selon les directives internationales, les revendeurs de téléphones portables en Suisse sont également responsables de ce qui se passe dans les usines en Chine. Ils doivent s’engager pour que les marques des appareils qu’ils vendent prennent des mesures efficaces afin d’exclure le benzène du processus de fabrication. Pour Daniela Renaud, responsable de la campagne « High Tech – No Rights ? » des deux organisations, la réaction de Swisscom est un premier pas positif : « Il faut maintenant encourager les autres revendeurs de téléphones portables à agir, eux aussi. » Sunrise hésite, mais se montre ouvert à une première discussion. Salt et Mobilezone quant à eux, font la sourde oreille et nient toute responsabilité. Leur compréhension de leur devoir de diligence est jugée inacceptable. Salt a même dissous son département de responsabilité sociale d’entreprise (RSE) en 2015, lors de sa sortie du groupe Orange, et met plutôt en avant une politique des bas prix.

 

Informations complémentaires :