Justice climatique

Trouver ensemble comment s’adapter aux changements climatiques

Adaptation à la crise climatique

Deux heures seulement depuis Jakarta, la bruyante métropole. Puis le petit ferry s’engouffre dans le port de l’île de Pari et vous plongez dans un tout autre monde : les maisons des quelque 1 000 personnes qui vivent ici sont cachées dans des palmeraies. Il n’y a pas de voitures, mais des plages de sable blanc et des eaux turquoises. Il y a encore de la pêche locale. La plupart des habitant·e·s de Pari vivent grâce aux touristes de la capitale qui affluent sur l’île le week-end.

Sur la « plage des étoiles de mer » se trouve la maison d’Ibu Deli. Devant chez elle, comme beaucoup d’autres, elle a construit un kiosque où elle vend des snacks, des sucreries et du café aux touristes. On ne devient pas riche comme ça, mais pour une femme de 33 ans, son mari Fauzi et leurs deux fils, c’est ainsi possible de vivre dans la dignité. Et ils aiment leur vie paisible sur l’île.

Mais cette idylle est menacée. En hiver, le vent fait monter l’eau et élève toujours plus le niveau de la mer. « Parfois, l’eau monte tellement qu’elle entre dans notre maison et inonde tout », raconte Ibu Deli. Avant, cela arrivait rarement, mais avec les changements climatiques, cela risque d’arriver chaque année. Toute la plage se retrouve sous l’eau, et Ibu Deli doit fuir avec sa famille chez sa sœur.

Les habitant·e·s de Pari n’acceptent pas leur sort sans résistance. Pour protéger la côte, ils plantent des mangroves et des arbres pour briser les vagues et retenir les marées, et quelques arbres permettent aussi de ralentir l’érosion progressive du sol sableux. Ils ont appris cette stratégie de protection lors d’un atelier sur le climat de l’organisation environnementale Walhi.

 

Numéro du projet

835.8017

Région

Pays du Sud

Durée

2018 - 2020

Montant

Fr. 44'000.- / Année

Responsable

Miges Baumann

Le projet

L’outil d’évaluation des risques et catastrophes climatiques développé par Pain pour le prochain est utilisé pour la formation sur le climat par l’organisation environnementale indonésienne Walhi. La situation est analysée de manière participative par les personnes concernées, des mesures sont élaborées et finalement mises en œuvre.

La première formation sur le climat en Indonésie a eu lieu en été 2019 à Pari, suivi d’autres formations sur l’île de Java et une formation dans « l’Est sauvage indonésien » sur l’île de la province de Nusa Tenggara Timur. Les formations sur le climat ont un important impact. L’outil d’évaluation est maintenant employé par de nombreuses organisations. C’est pourquoi Walhi aimerait organiser des formations dans d’autres provinces à partir de 2021.

Une formation sur le climat largement inspirée de l’expérience indonésienne sera également organisée pour la première fois au Cambodge. Un projet pilote au Bangladesh étudie les liens entre les changements climatiques et les droits humains en collaboration avec le « Center for Participatory Research and Development » (CPRD). C’est essentiel étant donné que les obligations nationales et internationales pour le respect des droits humains s’appliquent aussi dans le cadre de la crise climatique. C’est pourquoi les droits des victimes des changements climatiques, et en particulier les migrant·e·s climatiques, doivent être protégés.

 

Objectifs du projet

Activités au Sud

  • Les communautés locales touchées par les changements climatiques sont renforcées et disposent d’outils pour se protéger du dérèglement climatique.

  • De nouveaux modèles d’adaptation aux changements climatiques sont promus et les gouvernements sont encouragés à les mettre en œuvre.

  • Les communautés locales sont soutenues dans la mise en place de systèmes alimentaires respectueux du climat.

  • Les mesures pour la prévention des risques de catastrophes sont étendues.

  • Grâce à des campagnes et du plaidoyer, les gouvernements sont encouragés à investir dans les énergies renouvelables et trouver des mécanismes de compensation pour les victimes des changements climatiques.

Engagement au Nord

  • Pain pour le prochain informe la population suisse sur les conséquences des changements climatiques pour les populations des pays du Sud et montre qu’une agriculture écologique est le meilleur moyen de contribuer à la résolution du dérèglement climatique.

  • Pain pour le prochain s’engage dans la politique suisse afin de convaincre le Parlement et le Conseil fédéral d’agir dans le respect du climat et d’assumer leurs responsabilités face aux conséquences des changements climatiques qu’ils ont contribué à provoquer.

Justice climatique

Les activités dans le domaine du climat font partie du programme « Justice climatique » de Pain pour le prochain. Les changements climatiques sont étroitement liés à la question de la sécurité alimentaire et de la justice sociale. En raison de l’évolution des conditions climatiques et de la fréquence accrue des phénomènes extrêmes, le droit au développement des pays les plus pauvres est encore plus menacé qu’auparavant. Pain pour le prochain soutient ses organisations partenaires dans les pays du Sud en adaptant systématiquement les projets aux effets des changements climatiques.

www.ppp.ch

 

Votre contribution

Avec un don pour ce projet, vous garantissez notre engagement durable auprès des personnes touchées pour qu’elles s’adaptent aux changements climatiques.

 

CCP 10-26487-1, mention : Adaptation aux changements climatiques

 

 

Contact

Camille Anne Chatelain

Av. du Grammont 9
1007 Lausanne

Tel  +41(0) 21 614 77 17
Fax +41(0) 21 617 51 75

chatelain@bfa-ppp.ch


Télécharger la fiche projet en PDF »

Merci beaucoup pour votre soutien !

Quel montant souhaitez-vous donner ?