Droit à l’alimentation

L’agriculture écologique ouvre des perspectives aux familles paysannes

Anafae

Un paysan sème du maïs dans son champ. Des haricots et des carottes poussent à côté du maïs rouge, jaune et blanc. Depuis toujours, il conserve les semences de ses meilleures récoltes. Il les sèche et les sème à nouveau la saison suivante. Cette façon de procéder devrait prendre fin. Une nouvelle loi actuellement à l’étude accorderait des droits exclusifs aux multinationales de l’agroalimentaire pour leurs semences certifiées. En outre, les paysannes et paysans ne pourraient plus cultiver leurs propres semences ni les utiliser l’année suivante. « Ce n’est pas possible que nous ne soyons plus autorisés à échanger et à mélanger nos semences traditionnelles entre nous afin qu’elles restent résistantes. Au lieu de ça, serons-nous vraiment obligés d’acheter des semences hightech année après année auprès de grandes entreprises ? Cela ne nous rendra pas seulement dépendants, mais cela conduira notre famille à la ruine et détruira notre pays », redoute une paysanne.

Bien que le Honduras dispose de terres fertiles et d’une extraordinaire biodiversité, les régions rurales connaissent une grande pauvreté. Sur une population de 8 millions d’habitants, le quart vit avec moins de 1.25 dollar par jour. Les plus démunis manquent d’accès à la terre et à l’eau potable. De plus, les effets des changements climatiques se font déjà sentir : les pluies sont irrégulières ou tout simplement inexistantes. Les paysannes et paysans ont dès lors de la peine à définir le moment de planter. La nouvelle loi aggravera la situation des familles paysannes et selon Octavio Sanchéz, directeur d’Anafae, « cela montre que le gouvernement actuel fait primer les droits des entreprises sur ceux de la population rurale. »

Pays

Honduras

Durée

2009 - 2018

Montant

Fr. 35'000.- / an

Numéro du projet

835.8036

Responsable

Ester Wolf

Le projet

Anafae, l’organisation partenaire de Pain pour le prochain, travaille actuellement avec d’autres organisations et réseaux nationaux à l’élaboration d’une proposition alternative à la loi dite « loi Monsanto » (ou loi sur la protection des espèces végétales). Cette loi porte préjudice à des milliers de familles qui ont toujours cultivé et amélioré leurs propres semences, afin d’assurer leur subsistance.

Anafae aide les familles paysannes à produire et à réutiliser des semences à partir de variétés locales, sélectionnées par leurs soins. Leur savoir traditionnel est ainsi renforcé et leur indépendance préservée. Elle soutient aussi la création de banques de semences et organise des foires, un espace d’échange de semences et de connaissances agricoles. Les variétés ainsi développées sont adaptées aux conditions locales ; elles nécessitent moins d’engrais chimiques et de pesticides, ce qui participe à la protection des sols, de la nappe phréatique, et à plus long terme à la biodiversité et au climat.

Objectifs du projet

Activités au Sud

  • Soutien aux paysannes et paysans dans leur lutte pour leurs droits.

  • Analyse de la « loi Monsanto » et de ses conséquences, ainsi que sensibilisation de la population. Dépôt d’un recours constitutionnel.

  • Elaboration d’une loi alternative sur les semences.

  • Mise en réseau et échanges avec diverses organisations de la société civile – au Honduras et en Amérique latine – qui travaillent sur le thème des semences.

  • Travail auprès des autorités communales pour qu’elles reconnaissent et enregistrent les semences locales, et en garantissent l’usage aux paysannes et paysans.

Engagement au Nord

  • Travail de lobbying en Suisse et en Europe sur le thème des semences.

  • Engagement contre la normalisation internationale de la qualité des semences et des droits de la propriété intellectuelle au détriment des variétés traditionnelles et de la biodiversité.

  • Sensibilisation de l’opinion publique en Suisse sur l’importance du thème des semences.

Organisation partenaire

L’organisation Anafae (Asociación Nacional de Fomento de la Agricultura Ecológica) comprend 36 membres tels qu’ONG, organisations paysannes, groupes de producteurs et établissements  de formation. Anafae forme  les familles de petits paysans aux méthodes de culture agroécologique, favorise les échanges entre producteurs et les soutient dans la commercialisation locale de leurs produits. Sur le plan politique, Anafae s’engage pour la souveraineté alimentaire et mène un travail d’information et de sensibilisation.

www.anafae.org

Votre contribution

Avec un don pour Anafae, vous aidez à préserver la diversité des semences au Honduras et à créer ainsi de nouvelles perspectives pour les familles paysannes.

CCP 10-26487-1, Mention : Anafae

Contact

Raïssa Celeste Larrosa

Av. du Grammont 9
1007 Lausanne

Tel  +41(0) 21 614 77 12
Fax +41(0) 21 617 51 75

larrosa@bfa-ppp.ch


Télécharger ce fiche de projet en PDF »

1

Montant

Choisissez le montant désiré