Droit à l’alimentation

L’agroécologie ouvre des perspectives aux familles paysannes

Anafae

« La pandémie de corona montre plus clairement que jamais que nous sommes sur la bonne voie avec notre approche de l’agroécologie », nous a confié Octavio Sánchez, directeur d’Anafae, dans une interview. Au Honduras, beaucoup de personnes travaillent dans le secteur informel. Durant les couvre-feux imposés, elles ne gagnent rien. Dans de nombreux endroits, la faim devient un réel problème. « Ceux qui cultivent du maïs, des haricots, des fruits et des légumes et qui élèvent quelques petits animaux ont maintenant moins de problèmes. Mais ceux qui étaient pleinement engagés dans la production de café par exemple, sont plus vulnérables en situation de crise où les chaînes d’approvisionnement ne fonctionnent plus. La meilleure protection est un terrain avec une production diversifiée et des réseaux de solidarité qui distribuent de la nourriture afin qu’il y en ait pour tout le monde ». Octavio est confiné chez lui et il est autorisé à sortir une fois par semaine pour faire ses courses, mais il reste actif et confiant : « Covid-19 nous rappelle l’importance de s’engager pour défendre le droit à la terre et aux semences et les marchés locaux et les réseaux sociaux solides dans les communautés.

En résumé, un mode de vie en dehors du système capitaliste et qui n’est pas motivé par le profit ». Bien que le Honduras dispose de terres fertiles et d’une extraordinaire biodiversité, les régions rurales connaissent une grande pauvreté. Sur 8 millions d’habitant∙e·s, un quart vit avec moins de 1.25 dollar américain par jour. Les plus démuni∙e∙s sont privé∙e∙s d’accès à la terre et à l’eau potable. En plus du dérèglement climatique avec ses pluies irrégulières ou inexistantes, le gouvernement est très favorable aux entreprises agroalimentaires. Une nouvelle loi qui donnerait à ces entreprises agroalimentaires des droits exclusifs sur les semences certifiées pourrait aggraver la situation des familles paysannes. Selon Octavio, cela montre que « le gouvernement actuel fait primer les droits des entreprises sur ceux de la population ».

Pays

Honduras

Durée

2009 - 2023

Montant

Fr. 50'000.- / an

Numéro du projet

835.8036

Responsable

Tina Goethe

Le projet

Anafae, organisation partenaire de Pain pour le prochain, travaille actuellement avec d’autres organisations et réseaux nationaux pour mieux protéger le droit aux semences des paysannes et des paysans. La loi dite « loi Monsanto » (ou loi sur la protection des obtentions végétales) menace aujourd’hui des milliers de familles qui ont toujours cultivé et amélioré leurs propres semences. C’est pourquoi Anafae et ses partenaires ont déposé une plainte constitutionnelle. Pain pour le prochain a à cette occasion soutenu Anafae avec des conseils juridiques et des ressources financières.

Outre l’assistance juridique, Anafae aide les familles paysannes à produire et à réutiliser des semences à partir de variétés locales et adaptées. Leur savoir traditionnel est ainsi renforcé et leur indépendance préservée. Anafae soutient aussi la création de banques de semences et organise des foires où les paysannes et les paysans peuvent échanger leurs semences et leurs expériences agricoles. Les variétés ainsi développées sont adaptées aux conditions locales et ne nécessitent pas d’engrais chimiques ni de pesticides de synthèse. Cela préserve les sols et la nappe phréatique, ainsi que la biodiversité et le climat à long terme.

 

Objectifs du projet

Activités au Sud

  • Soutien aux paysannes et paysans dans leur lutte pour leurs droits.

  • Campagnes d’information sur les droits relatifs aux semences, à l’agroécologie et à la souveraineté alimentaire.

  • La plainte constitutionnelle contre la « loi Monsanto » se poursuit.

  • Avec les autorités communales, un système est développé pour enregistrer les semences locales des familles paysannes et protéger leurs droits y relatifs.

  • Mise en réseau et échanges avec diverses organisations de la société civile au Honduras et en Amérique latine qui travaillent sur le thème des semences.

Engagement au Nord

  • Travail de plaidoyer en Suisse et en Europe sur le thème des semences. Engagement contre la normalisation internationale de la qualité des semences et contre les droits de propriété intellectuelle au détriment des variétés traditionnelles et de la biodiversité.

  • Travail politique pour exhorter le gouvernement suisse à mettre en œuvre les droits des paysannes et des paysans en Suisse et à l’étranger.

  • Sensibilisation de l’opinion publique en Suisse sur l’importance du thème des semences.

Organisation partenaire

L’organisation Anafae (Asociación Nacional de Fomento de la Agricultura Ecológica) comprend 36 membres tels qu’ONG, organisations paysannes, groupes de producteurs et établissements de formation. Anafae forme les familles de petits paysans aux méthodes de culture agroécologique, favorise les échanges entre producteurs et productrices et les soutient dans la commercialisation locale de leurs produits. Sur le plan politique, Anafae s’engage pour la souveraineté alimentaire et mène un travail d’information et de sensibilisation.

www.anafae.org

Votre contribution

Avec un don pour Anafae, vous aidez à préserver la diversité des semences au Honduras et ouvrez des perspectives pour les familles paysannes.

CCP 10-26487-1, mention : Anafae

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Les activités au Sud de ce projet sont co-financées par la DDC.

Contact

Camille Anne Chatelain

Av. du Grammont 9
1007 Lausanne

Tel  +41(0) 21 614 77 17
Fax +41(0) 21 617 51 75

chatelain@bfa-ppp.ch


Télécharger ce fiche de projet en PDF »