Droit à l’alimentation

Lutte contre l’accaparement des terres en Afrique de l’Ouest

Synergie Paysanne

Tandis que les habitants de Gbawété cultivaient de la nourriture sur plus de 200 hectares et y élevaient du bétail, Séfou Fagbouhn, un puissant homme politique, les a fait chasser de leurs terres, arme au poing. Pour s’en sortir, les villageois sont désormais contraints de cultiver leur nourriture en bordure de route. L’un d’eux déclare, « les investisseurs nous ont chassés de nos terres et privés de notre liberté d’expression ». Et d’ajouter que depuis que Synergie Paysanne aide les familles villageoises, il y a quelqu’un pour les écouter. L’avocat engagé par le syndicat a pu prouver que M. Fagbouhn avait effectivement volé ces terres. Le cas a été porté devant la justice et les familles espèrent retourner bientôt sur leurs terres.

L’histoire des familles de Gbawété est loin d’être une exception. La plupart des 8 millions de Béninois sont des petits paysannes et paysans, qui, plus que quiconque, souffrent de la faim et de la malnutrition. Pourtant, des investisseurs leur disputent leurs terrains, y flairant une importante source de revenus additionnels. Alors que les champs sont souvent laissés en jachère pour des raisons spéculatives, les familles dépossédées de leurs parcelles doivent, quant à elles, se battre pour survivre, les femmes étant les plus durement touchées par ce phénomène.

Pays

Bénin et Afrique de l’Ouest

Durée

2009 - 2018

Montant

Fr. 35'000.- / an

Numéro du projet

835.8056

Responsable

Ester Wolf

Le projet

Pain pour le prochain travaille en étroite collaboration avec Synergie Paysanne, qui, avec ses adhérents, relève les exemples d’accaparement des terres et exhorte le gouvernement à remplir ses obligations vis-à-vis de sa propre population. Et le succès est au rendez-vous.

En effet, le Parlement a déjà invité Synergie Paysanne à participer à des auditions, reprenant à son compte certaines des propositions émanant du syndicat dans sa nouvelle loi foncière. Adoptée en 2013, cette dernière prévoit d’empêcher les investissements fonciers excessifs tout en protégeant les droits des populations pauvres. Malheureusement, les Béninois qui sont au courant de l’existence de cette loi sont trop peu nombreux, et les rares qui le sont n’ont pas les moyens de revendiquer leurs droits. Synergie Paysanne informe donc les communautés locales de leurs droits et des manières de les faire valoir. Par ailleurs, le syndicat engage des avocats et agit comme porte-voix des paysan-ne-s auprès du gouvernement. Des centaines de familles paysannes ont déjà obtenu des terres par cette voie.

Synergie Paysanne s’efforce d’intégrer activement les femmes à ses activités afin de renforcer leurs capacités. Il est en effet rare que ces dernières détiennent un titre de propriété pour les champs qu’elles mettent en valeur. Il est donc très facile de les en chasser. L’organisation travaille notamment avec les administrations locales pour que les femmes puissent désormais obtenir des titres en bonne et due forme leur assurant ainsi un accès au foncier.

La situation dans les autres pays d’Afrique de l’Ouest est semblable à celle du Bénin. C’est pourquoi Pain pour le prochain favorise les échanges entre les pays d’Afrique de l’Ouest. Des paysannes et paysans de toute la région s’unissent et s’engagent pour garantir à tous un accès à la terre ainsi que la possibilité de se nourrir dans la dignité. Les gouvernements d’Afrique de l’Ouest ne peuvent ignorer les doléances d’une alliance aussi forte.

Objectifs du projet

Activités au Sud

  • Synergie Paysanne crée des observatoires dans tout le pays : formés aux questions foncières, ses membres peuvent conseiller les populations locales et les aider à faire valoir leurs droits. Ils relèvent les cas d’accaparement des terres et prêtent assistance aux victimes.

  • Synergie Paysanne soutient deux communautés villageoises dans leur lutte pour la terre et met un avocat à leur disposition.

  • Pain pour le prochain soutient Synergie Paysanne et d’autres partenaires de la région afin qu’ils forment des réseaux régionaux et internationaux.

  • Grâce à leur propre assemblée et à des formations spécifiques, la position des femmes au sein de Synergie Paysanne est renforcée. Elles ont un meilleur accès à l’information et peuvent mieux formuler et faire prendre en compte leurs demandes.

  • Synergie Paysanne informe sur les méthodes agroécologiques, l’utilisation durable des sols et montre le rapport avec les changements climatiques.

Engagement au Nord

  • Pain pour le prochain vérifie si les entreprises suisses actives en Afrique de l’Ouest sont impliquées dans des affaires d’accaparement des terres et les exhorte à respecter les droits humains. Les exemples ouest-africains permettent d’informer la population suisse et de la sensibiliser, tout en appelant le gouvernement à prendre position contre cette pratique.

Organisation partenaire

Synergie Paysanne est un syndicat béninois qui replace les paysans au cœur de la problématique majeure de la terre et des questions connexes que sont la sécurité alimentaire, l’accès aux ressources et aux moyens de production, la participation au processus de prise de décisions politiques. Le syndicat compte plus de 2’200 adhérents. Outre son secrétariat à Cotonou, il dispose de 8 antennes régionales et de présences dans 32 des 77 communes du pays.

www.beninsynergiepaysanne.org

Votre contribution

Par votre don, vous permettez de rémunérer un avocat pour défendre une communauté villageoise qui réclame ses terres en retour.

CCP 10-26487-1, Mention : Synergie Paysanne

 

Contact

Raïssa Celeste Larrosa

Av. du Grammont 9
1007 Lausanne

Tel  +41(0) 21 614 77 12
Fax +41(0) 21 617 51 75

larrosa@bfa-ppp.ch


Télécharger cette fiche de projet en PDF »

1

Montant

Choisissez le montant désiré