Economie éthique

Pour des conditions de travail équitables dans l’industrie électronique

SACOM

« Je travaille à la chaîne du matin au soir. Nous pouvons à peine faire une pause, car la fabrique doit préparer en un temps record une grosse com-mande pour Apple », explique Xu Min. « Pendant mes loisirs, je ne peux guère me reposer non plus, car nous nous serrons à quatre dans une petite chambre du logement d’entreprise. » Cette jeune femme de 19 ans est en fait étudiante en gestion hôtelière dans une école professionnelle. « Le travail dans la fabrique n’a absolument rien à voir avec ma formation », constate Xu Min, « mais si nous nous rebiffons, nous ne serons pas promus et nous n’obtiendrons pas de diplôme. » Ces « stages professionnels » sont une pratique courante dans l’industrie électronique : ils transforment des milliers d’étudiant-e-s en main-d’œuvre temporaire corvéable à souhait, comme l’ont révélé des études de Sacom, un partenaire de Pain pour le prochain. A l’occasion du dixième anniversaire de l’iPhone, Sacom a de nouveau décortiqué la situation qui règne chez les fournisseurs chinois d’Apple et découvert que des abus subsistent. En 2017, notre partenaire a résumé pour la première fois ses révélations dans de brèves animations vidéo, dans le style de la bande dessinée, pour illustrer la situation. Ces vidéoclips ont fait le buzz sur les réseaux sociaux, en particulier auprès des jeunes. Il n’a fallu que quelques semaines pour voir les fruits de cette action de sensibilisation : Apple a en effet obligé plusieurs de ses fournisseurs à cesser d’embaucher des stagiaires !

Sacom s’est également penchée sur la question de savoir si les ouvrières et ouvriers pouvaient s’en sortir avec les salaires payés. L’organisation constate que c’est rarement possible, car les salaires et les prestations sociales progressent à un rythme inférieur à celui du coût de la vie dans les villes qui hébergent les principaux fournisseurs.

Pays

Chine

Durée

2017 - 2018

Montant

Fr. 60'000.- / an

Numéro du projet

835.8052

Responsable du projet

Karin Mader

Le projet

Les observateurs indépendants n’ayant pas accès aux usines, des collaborateurs de Sacom se font embaucher par ces entreprises, ce qui leur permet de se faire une idée réaliste des conditions de travail. Ils conduisent en outre des entretiens avec des personnes travaillant dans ces usines, en dehors de leur lieu de travail. Cela devient toutefois de plus en plus difficile et dangereux. Une nouvelle loi, entrée en vigueur en janvier 2017, fait que les organisations des droits humains sont encore plus contrôlées et suivies par les autorités locales. Les études indépendantes, telles que celles réalisées par Sacom, ont donc d’autant plus d’importance. Elles montrent le fossé qu’il y a entre la réalité dans les usines, les engagements volontaires des producteurs et les normes légales en matière de travail. Les résultats de ces études sont publiés en Suisse par Pain pour le prochain et au niveau international par le réseau « GoodElectronics ». Ils sont également présentés aux grandes marques de produits électroniques. Les précédents tels que les très nombreux cas de suicide chez les collaborateurs de Foxconn ont un grand impact médiatique. Sacom aide par son travail de recherche et ses campagnes à faire pression et à faire changer les choses – tant sur place, dans les pays producteurs, qu’en Suisse et dans les autres pays où sont consommés le plus d’appareils électroniques.

 

Objectifs du projet

Activités au Sud

  • Pain pour le prochain soutient Sacom dans la conduite de ses investigations et la publication des résultats, ainsi que dans ses campagnes et actions de sensibilisation à Hong Kong / Chine.

  • Depuis 2017, Sacom s’efforce d’établir une coopération transfrontalière avec des organisations d’autres pays d’Asie du Sud-Est aux buts similaires. En effet, certaines marques ont étendu leurs chaînes d’approvisionnement électronique à d’autres pays où elles « se déplacent » pour obtenir de meilleures conditions.

Engagement au Nord

  • Pain pour le prochain informe les consommateurs et consommatrices des conditions de production dans l’industrie électronique.

  • Pain pour le prochain s’engage, en collaboration avec Action de Carême, pour l’amélioration des conditions de travail sur toute la chaîne d’approvisionnement de l’industrie électronique.

  • Grâce aux recherches et aux campagnes, des interventions parlementaires exigeant la définition de nouveaux critères relatifs aux achats publics ont été déposées en Suisse.

  • Pain pour le prochain fait pression sur les entreprises de produits électroniques afin qu’elles respectent les normes internationales en matière de droit du travail.

Organisation partenaire

Sacom (Students & Scholars against corporate misbehavior) est une organisation indépendante dont le siège se trouve à Hongkong. Elle a pour but d’observer et de documen-ter les conditions de travail et les droits des ouvriers et ouvrières dans les usines, et de les aider à faire valoir leurs droits. Depuis sa fondation en 2005, Sacom a publié régulièrement des rapports d’étude sur les entreprises du secteur textile et électronique ainsi que sur l’industrie du jouet. Elle a organisé des actions de protestation qui retiennent l’attention de la communauté internationale.

www.sacom.hk

 

Votre contribution

Par votre don en faveur de Sacom, vous permettez qu’une étude portant sur les conséquences du travail avec des substances toxiques soit réalisée.

CCP 10-26487-1, Mention: Sacom

Contact

Raïssa Celeste Larrosa

Av. du Grammont 9
1007 Lausanne

Tel  +41(0) 21 614 77 12
Fax +41(0) 21 617 51 75

larrosa@bfa-ppp.ch


Télécharger ce fiche de projet en PDF »

1

Montant

Choisissez le montant désiré