Droit à l’alimentation

Engagement contre l’extension des plantations de palmiers à huile

Lutte contre les plantations industrielles de palmiers à huile

« Comment allons-nous nourrir nos enfants maintenant ? » ont demandé les participantes à un atelier de l’Alliance de l’huile de palme de l’Afrique de l’Ouest et du Centre en Sierra Leone. Elles venaient de différentes régions de Sierra Leone, du Liberia, du Cameroun et de la Guinée. À cause de l’expansion des plantations de palmiers à huile, beaucoup d’entre elles ont perdu les terres sur lesquelles elles cultivaient de quoi nourrir leur famille. Les femmes sont souvent traditionnellement chargées de nourrir les enfants, alors que ce ne sont généralement pas elles qui détiennent les titres de propriété, mais les hommes. Cela crée de nombreux conflits et problèmes majeurs. « Nos maris donnent la terre sans nous demander notre avis, et après c’est nous qui devons assumer la misère », rapportent les femmes. La perte des terres est un désastre pour elles. Mais, en tant que femmes, elles ne sont pas incluses lors des négociations où le gouvernement et les entreprises convainquent les chefs ou les propriétaires terriens de céder leurs terres.

Il y a aussi des évolutions positives. Parmi les participantes se trouvait la très engagée cheffe de village Mamusu Dumbuya. Motivée par un atelier de l’Alliance pour l’huile de palme facilitée par Pain pour le prochain, elle a réussi avec d’autres femmes à convaincre les hommes de son village de reprendre leurs terres. Ensemble, ils ont intenté un procès à l’entreprise qui s’était appropriée leur terrain et ils ont finalement gagné. Pour Mamusu Dumbuya, c’est un incroyable succès : « Ce sont les protestations de nous, les femmes, qui ont fait bouger les choses. Personne ne nous avait soutenues – nous ne pouvions même pas faire confiance à nos maris ».

 

Pays

Afrique de l’Ouest et centrale

Durée

2017 - 2024

Montant

Fr. 50'000.- / an

Numéro du projet

835.8059

Responsable

Tina Goethe

Le projet

Pain pour le prochain soutient la mise en réseau locale, régionale et internationale de personnes et d’organisations qui luttent contre l’accaparement des terres pour la plantation de palmiers à huile.

Ceux et celles qui ont soutenu financièrement Pain pour le prochain ont permis à l’Alliance de l’Afrique de l’Ouest et du Centre de continuer sa lutte contre l’expansion des plantations de palmiers à huile et de développer des stratégies contre l’accaparement des terres. Des délégué∙e∙s de dix pays africains se réunissent dans le cadre d’ateliers et échangent des informations sur les dernières évolutions. Une attention particulière est portée aux femmes et aux répercussions des plantations de palmiers à huile sur leur quotidien. Les participantes et participants apprennent à connaître leurs droits et comment les faire respecter. Cette démarche renforce la solidarité entre les communautés au-delà des frontières. L’apprentissage mutuel et l’action coordonnée sont pertinents étant donné que ce sont souvent les mêmes entreprises qui louent les terres et exploitent les plantations. Ces ateliers régionaux permettent de mieux comprendre les méthodes des entreprises et de comparer les contrats. Pain pour le prochain documente les activités des entreprises, publie les résultats de ses enquêtes et soutient ainsi les communautés locales.

Objectifs du projet

Activités au Sud

  • Pain pour le prochain soutient l’Alliance d’huile de palme en organisant des ateliers destinés aux communautés victimes des plantations de palmiers à huile. Celles-ci apprennent quels sont leurs droits et discutent des moyens dont elles disposent pour se défendre. Dans cette perspective, les membres de l’Alliance réalisent ensemble du matériel d’information, des reportages radio ou encore des représentations théâtrales. L’Alliance fait aussi des recherches sur place et rédige des rapports sur l’impact des plantations sur les communautés villageoises qui servent au travail avec les médias au niveau régional et international.

Engagement au Nord

  • Pain pour le prochain informe la population suisse des conséquences de la production d’huile de palme et fait pression sur les décideurs et décideuses politiques pour qu’une réglementation relative au financement des plantations avec de l’argent suisse soit établie.

Organisation partenaire

Depuis les années 80, GRAIN milite pour que les conséquences délétères de l’agriculture industrielle soient discutées par les instances internationales et que des solutions soient trouvées pour lutter contre la faim. Derrière cet engagement se cache la conviction que biodiversité et structures agricoles communales apportent une pierre essentielle à l’édifice de la sécurité alimentaire. GRAIN dispose d’un siège à Madrid et compte des collaborateurs en Amérique latine, en Afrique, en Indonésie, en Amérique du Nord et en Europe.

Outre sa mobilisation sur les questions de biodiversité, l’organisation est une figure de proue de la lutte contre le phénomène du « land grabbing » (accaparement des terres), c’est-à-dire l’acquisition de terrains par des investisseurs étrangers. En 2011, GRAIN s’est vu décerner le Prix Nobel alternatif.

www.grain.org

 

 

Votre contribution

Grâce à votre don, des ateliers peuvent être organisés afin de soutenir les personnes touchées par l’extension des plantations de palmiers à huile et lutter contre l’accaparement des terres.

 

CCP 10-26487-1, mention : Huile de palme GRAIN

 

Contact

Camille Anne Chatelain

Av. du Grammont 9
1007 Lausanne

Tel  +41(0) 21 614 77 17
Fax +41(0) 21 617 51 75

chatelain@bfa-ppp.ch


Télécharger ce fiche de projet en PDF »

Merci beaucoup pour votre soutien !

Quel montant souhaitez-vous donner ?