Droit à l’alimentation

Engagement contre l’extension des plantations de palmiers à huile

Lutte contre les plantations industrielles de palmiers à huile

Pour subvenir à ses besoins ainsi qu’à ceux de sa famille, une paysanne du Cameroun, Gaynell Atebaaus*, doit trimer du matin au soir. En plus de son travail au champ, elle parcourt les forêts qui entourent son village pour trouver de la nourriture, du bois et des plantes médicinales qu’elle utilise pour sa famille ou qu’elle vend sur les marchés locaux. Comme sa mère le faisait déjà, elle utilise aussi les fruits des palmiers pour fabriquer de l’huile de table. Il s’agit d’un élément important et sain de la cuisine locale.

Pourtant, au cours des dernières années, ces palmiers si utiles sont aussi devenus une menace. Des investisseurs ont découvert le potentiel, en termes de profits, de l’huile de palme, que ce soit pour l’industrie alimentaire, cosmétique ou comme agrocarburant. C’est pourquoi des plantations se sont développées très vite en Afrique : en une décennie, 3,5 millions d’hectares ont été affermés par des palmeraies. Alors que ces espaces étaient auparavant couverts de forêts, aujourd’hui le paysage se caractérise par d’immenses surfaces défrichées. Les plantations de palmiers à huile s’étendent à perte de vue, là où des petits agriculteurs avaient autrefois leurs champs. Les familles paysannes perdent l’accès à la terre, et ainsi le moyen de produire des denrées alimentaires et de l’huile de palme pour satisfaire leurs propres besoins.

*Nom fictif pour des raisons de sécurité.

Pays

Afrique de l’Ouest et centrale

Durée

2017 - 2020

Montant

Fr. 35'000.- / an

Numéro du projet

835.8059

Responsable

Tina Goethe

Le projet

Pain pour le prochain lutte contre cette évolution et soutient, aux niveaux local, régional et mondial, des réseaux de personnes et d’organisations qui luttent contre l’accaparement des terres en vue de la création de palmeraies.

En Afrique, Pain pour le prochain soutient un réseau d’organisations locales dans le but d’aider ces dernières à développer des stratégies pour lutter contre l’accaparement des terres. Des personnes concernées venant de dix pays africains se réunissent dans le cadre d’ateliers et échangent des informations sur les dernières évolutions. Une attention particulière est portée aux femmes et aux répercussions des plantations de palmiers à huile sur leur quotidien. Les participants et participantes apprennent à connaître leurs droits et développent des stratégies pour les faire respecter. Cette démarche renforce la solidarité entre les communautés concernées, par-delà les frontières. De nombreuses communautés sont touchées, mais ce sont bien souvent les mêmes entreprises qui louent les terres et exploitent les palmeraies. Ces ateliers régionaux aident les personnes concernées à comprendre les méthodes de ces entreprises et leur permettent de comparer les contrats. Pain pour le prochain documente les activités des entreprises, publie les résultats de ses enquêtes et soutient ainsi les communautés locales.

Objectifs du projet

Activités au Sud

  • Pain pour le prochain organise, avec ses organisations partenaires, des ateliers destinés aux communautés victimes des plantations de palmiers à huile. Celles-ci apprennent quels sont leurs droits et peuvent discuter des possibilités dont elles disposent pour se défendre.

Engagement au Nord

  • Pain pour le prochain informe la population suisse des conséquences de la production d’huile de palme. Nous faisons pression sur les décideurs politiques pour qu’une réglementation relative au financement de telles plantations avec de l’argent suisse soit établie.

Organisation partenaire

Depuis les années 80, GRAIN milite pour que les conséquences délétères de l’agriculture industrielle soient discutées par les instances internationales et que des solutions soient trouvées pour lutter contre la faim. Derrière cet engagement se cache la conviction que biodiversité et structures agricoles communales apportent une pierre essentielle à l’édifice de la sécurité alimentaire. GRAIN dispose d’un siège à Madrid et compte des collaborateurs en Amérique latine, en Afrique, en Indonésie, en Amérique du Nord et en Europe.

Outre sa mobilisation sur les questions de biodiversité, l’organisation est une figure de proue de la lutte contre le phénomène du « land grabbing » (accaparement des terres), c’est-à-dire l’acquisition de terrains par des investisseurs étrangers. En 2011, GRAIN s’est vu décerner le Prix Nobel alternatif.

www.grain.org

 

 

Votre contribution

Grâce à votre don, des ateliers peuvent être organisés afin de soutenir les personnes concernées dans leur lutte contre l’accaparement des terres et les plantations de palmiers à huile.

CCP 10-26487-1, Mention : GRAIN

Contact

Raïssa Celeste Larrosa

Av. du Grammont 9
1007 Lausanne

Tel  +41(0) 21 614 77 12
Fax +41(0) 21 617 51 75

larrosa@bfa-ppp.ch


Télécharger ce fiche de projet en PDF »

1

Montant

Choisissez le montant désiré