Plus de 40 morts dans un éboulement dans une mine de Glencore en RdC

28.06.2019

Jeudi dernier, un accident a eu lieu dans la mine de KOV de la filiale de Glencore Kamoto Copper Company, en République Démocratique du Congo. Plus de quarante creuseurs artisanaux ont perdu la vie  dans un éboulement. Ils ont été évacués et amenés à la morgue, mais plusieurs d’entre eux n’ont pas encore été identifiés par les familles des victimes. Les recherches d’identités, voire de corps, sont encore en cours.

Cet accident renvoie, une fois de plus, à la situation précaire des creuseurs artisanaux dans la région de Kolwezi et aux tensions récurrentes entre les creuseurs et les exploitations industrielles. En effet, les mines artisanales sont le seul moyen de gagner un revenu pour des milliers de personnes dans la région. L’Etat cependant a attribué toutes les concessions à des exploitations industrielles. L’automne dernier déjà des violences ont éclatés à Kolwezi, autour de la mine de KCC, entre des creuseurs et les forces de police, entrainant la mort de huit personnes, y compris des agents de sécurité. Ces dernières semaines, les creuseurs se sont soulevés à plusieurs reprises pour demander à l’Etat l’attribution de concessions dans lesquelles ils pourraient travailler, sans être menacés d’expulsion. Le gouvernement local à ce jour n’a pas résolu la situation et n’a pas répondu aux creuseurs. Pour gagner leur vie, ceux-ci se rendent la nuit dans des mines industrielles, afin de pouvoir trouver des minerais. Depuis plusieurs jours plusieurs dizaines de creuseurs se rendaient la nuit dans les concessions de Glencore. Jusqu’à ce que, ce jeudi, un éboulement emporte 40 d’entre eux, leur enlevant la vie.

La société civile demande au gouvernement du Lualaba de prendre des mesures, afin d’attribuer des concessions minières permettant aux creuseurs de gagner décemment leur vie. Elle demande à Glencore de contribuer à l’évacuation des corps restant et de collaborer avec les autorités locales, afin de faire toute la lumière sur le déroulement de l’accident.