Rapport annuel 2018

L’engagement en faveur d’une autre économie porte ses fruits

22.05.2019

Bern / Lausanne, le 22 mai 2019. Rétrospective de Pain pour le Prochain sur un exercice 2018 positif : les enquêtes menées en Ouganda et en République démocratique du Congo ont prouvé la pertinence de l’initiative « multinationales responsables » et, concernant la lutte contre l’huile de palme, Coop et Aldi ont répondu à des exigences importantes formulées par l’organisation de développement. Sur le plan financier, Pain pour le Prochain a atteint ses objectifs.

La logique de consommation et de croissance de l’économie globalisée contribue fortement au réchauffement climatique et accentue les inégalités sociales. Ces crises ne peuvent être surmontées que si nous développons une économie basée sur d’autres valeurs. Pain pour le Prochain s’est engagée en 2018 pour cette indispensable transition. L’accent a été mis sur l’’initiative « multinationales responsables » qui exige des multinationales ayant leur siège en Suisse le respect des droits humains et des standards environnementaux dans leurs activités à l’étranger. Les enquêtes menées par Pain pour le Prochain en Ouganda et en République démocratique du Congo ont confirmé l’urgence et l’importance de cette initiative, qui sera probablement soumise au vote l’année prochaine.

Outre l’aspect politique, les individus sont également sollicités. La journée de la transition, en ouverture de la campagne œcuménique, ainsi que le cycle de conférence « Tout peut encore changer », coorganisé par le laboratoire de la transition de Pain pour le Prochain – ont clairement montré que de nombreuses personnes sont prêtes à adopter de nouveaux modèles économiques, de consommation et sociétaux. Dans sa lutte contre l’huile de palme, Pain pour le Prochain enregistre un autre succès : en réaction à une pétition signée par 12 500 personnes, les grands distributeurs Coop et Aldi Suisse se sont déclarés prêts à remplacer – ou réduire – l’huile de palme des produits de leurs propres marques. Dans les pays producteurs en Asie, en Afrique et en Amérique latine, les plantations de palmiers à huile entraînent une destruction massive de l’environnement et souvent l’expulsion des familles paysannes.

Sur le plan financier, l’exercice 2018 est positif pour Pain pour le Prochain. Les recettes des dons ont légèrement augmenté en comparaison avec l’année précédente. L’excédent ainsi réalisé a permis de consolider le capital de l’organisation.

 

Pour toute précision : Bernard DuPasquier, directeur de Pain pour le prochain, 031 380 65 75

Rapport annuel, comptes d’exploitation, photos et vidéos