L’électronique au temps du Covid : bénédiction ou malédiction ?

16.06.2020
karin mader

Karin Mader est responsable Droits humains dans le secteur électronique
chez Pain pour le prochain

Entre Jean qui rit et Jean qui pleure

Le contraste est saisissant : alors que les logiciels et les dispositifs électroniques sont d’un très grand secours dans la lutte de l’humanité contre la pandémie, celle-ci se traduit simultanément par une dégradation des conditions de travail dans le secteur électronique. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les témoignages sur le site Internet de notre partenaire Electronics Watch.

Le Népalais Dhurba Thapa, qui a travaillé dans plusieurs fabriques de Malaisie, déplore une contradiction flagrante : alors que les logiciels et dispositifs électroniques sont indispensables au traitement du Covid-19 et à la recherche des contacts, les ouvrières et ouvriers d’Asie mettent leur santé en péril pour les confectionner. Au plus fort de la pandémie, des fabriques ont été fermées sur ordre de l’État en Chine, en Malaisie, au Vietnam et sur plusieurs autres pôles de l’industrie électronique. Certaines usines, au bénéfice de dérogations, ont continué de fonctionner au ralenti, souvent au mépris des mesures d’hygiène et de sécurité au travail. Des milliers et des milliers d’ouvrières et d’ouvriers se sont retrouvés dans la rue du jour au lendemain, sans revenu ou avec une indemnisation modique. Les travailleuses et travailleurs migrants ont été particulièrement éprouvés. En temps « normal », ils sont déjà défavorisés, car ils ne sont pas engagés directement par l’entreprise, comme la plupart des locaux, mais recrutés à des conditions plus défavorables par le biais d’agences. La pandémie les rend encore vulnérables : les restrictions de voyage nationales et internationales les empêchent souvent de rentrer chez eux ou, craignant d’infecter leur famille, ils tentent de rester le plus longtemps possible sur leur lieu de travail. Avec leur maigre épargne diminuant comme peau de chagrin, ils peinent à subvenir à leurs besoins, d’autant plus que le coût du logement et des denrées alimentaires augmente. Résultat : ils peuvent virer de moins en moins d’argent à leurs familles, qui souffrent elles aussi de la faim et manquent d’argent pour se faire soigner.

Les droits au travail bafoués

« Pendant la première vague de la pandémie, la production a reculé de plus de moitié dans ma fabrique, le cahier des commandes s’étant dégarni », rapporte un ouvrier vietnamien. Il souhaite garder l’anonymat, car, s’il est décidé à dénoncer les abus, il espère malgré tout retrouver bientôt sa place à la chaîne de montage. « Après cette première vague, les entreprises ont mis les bouchées doubles. Elles ont même versé des primes Covid pour que les ouvrières et ouvriers retournent plus vite à leur poste et produisent davantage. » Des collègues travaillant dans des fabriques voisines lui ont signalé que les entreprises ne faisaient guère de cas de la sécurité des employé·e·s, de sorte que ceux-ci se sont rapidement infectés en grand nombre et ont été confinés chez eux, privés de toutes ressources. Pour rattraper leur retard de production, certaines entreprises en Malaisie ont même suspendu les droits au travail, parfois d’entente avec les autorités locales, comme l’explique Dhurba Thapa.

L’engagement d’Electronics Watch s’avère indispensable pour mettre le holà à cette exploitation. Notre partenaire œuvre en effet au respect des normes et des conventions du travail dans les usines du secteur en appliquant une méthode ad hoc de suivi, une approche encore plus importante durant la pandémie qu’en temps « normal ». Electronics Watch dispose à cet effet d’un réseau d’ONG et de syndicats dans les pays de production, principalement en Asie, qui connaissent la problématique locale. Ces partenaires s’entretiennent avec les responsables des fabriques dans lesquels des abus sont dénoncés afin d’améliorer la situation. Grâce à ce labeur, les affiliés d’Electronics Watch – des acheteurs publics tels que des communes, des universités, des hôpitaux ou des entreprises de transport européennes – peuvent honorer leur engagement de s’approvisionner en dispositifs électroniques fabriqués de façon responsable. Fort de l’appui de ces clients importants et du soutien de Pain pour le prochain, Electronics Watch parvient, en collaboration avec ses partenaires locaux, à se faire entendre même des fleurons de l’électronique, comme Samsung, Apple et HP pour défendre les droits au travail.   

Plus d’infos

  • Vous trouverez sur le site d’Electronics Watch les témoignages des victimes d’abus dont il est question dans cet article.
  • Vous trouverez sur ce document PDF des recommandations concernant l’achat de dispositifs électroniques à l’usage d’acheteurs publics et d’autres consommateurs compte tenu des conditions inhérentes à la pandémie actuelle en Chine

Votre don est important

Merci beaucoup pour votre soutien !