Accord de libre-échange avec l'Indonésie

La pression de l’opinion publique se fait sentir

17.12.2018

 

Le problème de l’huile de palme est inclus dans l’accord de libre-échange avec l’Indonésie. Le principal problème reste l’absence de force contraignante.

(Berne) L’accord de libre-échange signé aujourd’hui à Jakarta avec l’Indonésie reconnaît que l’huile de palme est un produit problématique pour l’homme et l’environnement en Indonésie ainsi que pour les agriculteurs et consommateurs suisses. C’est la seule façon d’expliquer les quotas sur l’huile de palme, les allègements douaniers limités et le fait que, pour la première fois dans un accord de libre-échange, un seul produit est spécifiquement traité et assorti de conditions de durabilité. La coalition sur l’huile de palme y voit le succès de sa pression permanente sur les parties aux négociations.

Les organisations indonésiennes et suisses ont montré que l’huile de palme importée n’est pas encore produite de manière durable. Les certifications existantes ne remplissent pas les exigences promises. Le problème majeur de l’accord reste l’absence de force contraignante. La question de l’huile de palme ne peut être traitée efficacement que si les critères de durabilité sont revus et des sanctions sont prises en cas de violation.

La manière dont le Conseil fédéral entend y parvenir est discutable. En outre, il appartient désormais au Conseil fédéral de prouver que son accord et sa politique commerciale sont conformes à la Constitution et à ses obligations internationales.