COP24

Journée des droits humains : Nous provoquons le déluge

11.12.2018

À Katowice, lors de la 24e Conférence de l’ONU sur le climat, les négociations battent leur plein. La question du réchauffement climatique dépasse dorénavant les sphères scientifiques et politiques: Il est devenu perceptible et visible pour tous. Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée des droits humains, il est particulièrement important de souligner combien ces derniers sont menacés par ces dérèglements.

Les étés caniculaires, la fonte des glaciers, les ouragans, les sécheresses et la désertification ou l’élévation du niveau de la mer menacent les zones côtières et leurs habitant·e·s. Nous sommes à présent conscients des effets du changement climatique – nous pouvons le ressentir en Suisse et le constater à travers les médias. Le fait est que les catastrophes écologiques menacent de nombreux droits humains – et les populations défavorisées, ayant moins de moyens pour s’adapter, sont davantage touchées que la moyenne. Pourtant, ce sont celles qui contribuent le moins aux changements climatiques.

Les phénomènes météorologiques extrêmes menacent leur vie – et donc leur droit à la vie. Le dérèglement climatique entraîne une augmentation des mauvaises récoltes et le droit à l’alimentation ne peut plus être garanti. La sécheresse et les inondations portent atteinte au droit à l’eau et à l’hygiène. Le smog lié à la chaleur affecte la situation sanitaire et donc le droit à la santé. Les altérations du paysage côtier poussent les gens à migrer vers des zones inconnues sans infrastructures ni liens sociaux – le droit à un logement convenable est également foulé au pied.

Et la liste est loin d’être terminée : Les Manoki, par exemple, vivent dans la forêt tropicale du Brésil et dépendent d’une forêt intacte. Elle est à la base de leur mode de vie et représente également un lieu spirituel. Elle est pourtant rasée pour la construction d’un barrage – ce qui libère par ailleurs du CO2 et contribue au changement climatique. Le droit au développement ou les droits des peuples autochtones sont ici bafoués.

Pain pour le prochain et Action de Carême s’attaquent à cette injustice en abordant la question de la « justice climatique », car nous ne pouvons laisser le changement climatique exacerber les injustices et ébranler les droits humains.

Stefan Salzmann, Action de Carême