Initiative multinationales responsables

Le rapport Glencore passe sous silence les « incidents liés aux droits humains »

02.06.2020

Zéro. C’est le nombre d' »incidents graves en matière de droits humains » que Glencore, la plus grande entreprise de matières premières du monde, a recensé en 2019, dans le cadre de ses activités dans plus de 35 pays. C’est du moins ce qu’indique le rapport de durabilité, que la multinationale a récemment publié à l’attention des investisseurs et des actionnaires qui sont réunis aujourd’hui en assemblée générale.

Zéro incident recensé… alors qu’en juin 2019, il y a eu plus de 30 morts et de nombreux blessés, dans un accident avec des creuseurs qui s’est produit sur la concession de la filiale de Glencore, KCC, au Congo. Zéro incident recensé… Alors qu’en février 2019, un camion-citerne transportant de l’acide hautement toxique vers une filiale de Glencore au Congo a été impliqué dans un accident qui a causé une fuite d’acide, provoquant la mort de 21 personnes et de brûlures graves pour huit personnes.

Zéro incident. Ce chiffre est dû au fait que Glencore définit ce qui est considéré comme un « incident grave en matière de droits humains » selon ses propres critères, peu transparents.

Le rapport Glencore passe également sous silence les affaires de corruption et de travail des enfants en cours et ne dresse pas la liste des mesures concrètes que l’entreprise prend pour minimiser ses risques d’impacts négatifs en matière de droits humains et d’environnement.

Ces rapports des entreprises multinationales manquent de transparence, trompent les investisseurs et les actionnaires et ne répondent pas aux standards internationaux.

Pain pour le prochain, ainsi que 11 autres organisations internationales, exige donc que Glencore adapte ses rapports aux standards internationaux et explicite les mesures prises pour minimiser les impacts négatifs sur les droits humains et l’environnement.

Cet exemple montre que les mesures volontaires ne sont pas suffisantes. Un devoir de diligence obligatoire en matière de droits humains et d’environnement est aujourd’hui nécessaire pour que les entreprises suisses tiennent leurs engagements. C’est ce que Pain pour le prochain et de nombreuses autres organisations demandent avec l’initiative pour des multinationales responsables, qui est débattue au parlement.

En République Démocratique du Congo, Pain pour le prochain travaille avec des organisations partenaires pour soutenir les communautés affectées par les activités de Glencore et d’autres firmes.