Et si… 2021 était l’année du climat !

07.01.2021
Bildnachweis: Silvan Hohl (Headerbild) und Manon Allard, istock (Vorschaubild)
PS_Blog

Pascale Schnyder travaille chez Pain pour le prochain en tant
que responsable pour les conversations carbone en suisse-alémanique

Énergie et désir pour de nouveaux horizons

Était-ce uniquement moi ou étiez-vous également plus conscient·e du changement d’année 2020/2021 que les années précédentes ? Les circonstances de ces Fêtes de fin d’année, plus propices au calme, ont certainement laissé de la place à la réflexion. Mais les bouleversements que nous avons vécus cette année ont réveillé plus encore les consciences et attisé le désir d’un nouveau départ, en tous les cas en ce qui me concerne !

L’image du phénix renaissant de ses cendres m’a accompagné tout au long de cette année. Plus que jamais j’ai ressenti la volonté, l’énergie et le désir de me joindre à des milliers de personnes dans le monde entier pour apporter les changements sociaux et environnementaux urgents.

Depuis une année et demie, je suis responsable de la mise en place des conversations carbone en suisse-allemande pour Pain pour le prochain. Cette méthode, qui a vu le jour en Angleterre, offre un cadre aux participant·e·s pour parler du changement climatique et de leurs inquiétudes. Basée sur l’autoréflexion et l’échange en groupe, elle permet de prendre des mesures concrètes pour adopter un mode de vie respectueux du climat. Au cours de six soirées, les participant·e·s réfléchissent à leur comportement dans les domaines du logement, de la mobilité, de l’alimentation et de la consommation. Ils échangent des idées sur les résolutions individuelles et se motivent mutuellement pour rester fidèles à leurs propres objectifs.

Ce qui n’était qu’une idée il y a un an et demi a, entre-temps et malgré la covid19, touché plus de 200 personnes de Saint-Gall à Bienne et de Viège à Bâle et inspiré beaucoup d’entre elles. « Les conversations carbone sont des révélateurs : les liens entre les causes et les effets deviennent plus clairs et ce que je peux faire en tant qu’individu contre le changement climatique devient plus tangible », résume l’une des participantes. « Quiconque veut changer quelque chose mais n’y arrive pas seul est exactement au bon endroit. Un bon mélange d’information et d’échange, d’encouragement et de réflexion en commun qui me font avancer », formule un autre participant.

L’année dernière, nous avons non seulement organisé plus de 20 cycles de conversations carbone, mais nous avons également formé 27 participant·e·s à mener eux-mêmes des cycle : après avoir participé à un cycle de conversations carbone ainsi qu’une formation de deux jours, toute personne peut proposer des cycles de conversations carbone dans sa propre ville, sa région, son entreprise, son association ou son environnement personnel.

Et le phénix, qui m’a accompagné dans cette nouvelle année, me revient à l’esprit. Ce qui me passionne tant dans les conversations carbone, c’est la naissance de réseau de personnes qui se remettent en question et agissent. Dans le soutien et la motivation mutuel, certaines vont, à leur tour, organiser des conversations carbone et sensibiliser leur environnement aux questions climatiques quotidiennes. Ces moments de partage, ni moralisateurs ni jugeants, permettent de prendre conscience de ce qui est possible en adoptant un mode de vie plus respectueux du climat. Car ce n’est qu’en les empruntant que l’on crée de nouvelles voies.

Dans cet esprit, je nous souhaite à tous et toutes un bon départ dans cette nouvelle année. Et si… ensemble, nous faisions de 2021 l’année du climat !

PS : Vous trouvez plus d’informations et les dates des conversations carbones en suisse-alémanique à l’adresse www.sehen-und-handeln.ch/klimagespraeche

Photos de conversations carbone

Conversations carbone

Votre don est important

Merci beaucoup pour votre soutien !