Alliance climatique Suisse

La Banque nationale ne tient pas compte des dommages climatiques

25.04.2018

Saviez-vous que la Banque nationale suisse est conjointement responsable d’une hausse de température catastrophique de 4 à 6 degrés ? Vos investissements en actions engendrent 20 fois plus d’émissions de CO2 que celles constatées pendant une année dans toute la Suisse.

Quelques-unes des conséquences : des vagues de chaleur plus extrêmes en Inde, des sécheresses plus fréquentes en Afrique australe, des tempêtes plus fortes aux Philippines. La crise climatique menace le droit à l’alimentation en de nombreux endroits. En tant que petit pays doté d’une grande place financière, la Suisse a une influence décisive. Reste à choisir si nous investissons nos milliards de francs dans les causes du réchauffement climatique ou ses solutions !

La BNS investit les réserves de devises suisses dans les industries du charbon, du pétrole et du gaz, entre autres. Elle porte donc une part de responsabilité dans les dommages causés par le réchauffement climatique. Ce faisant, elle transgresse ses propres directives lesquelles excluent les investissements dans des entreprises qui « violent massivement les droits fondamentaux de l’homme ».

L’Alliance climatique Suisse a publié des recommandations sur la manière dont la stabilité du système financier et le climat pourraient être protégés. L’accord de Paris sur le climat ne peut être mis en œuvre avec les actuels investissements de notre Banque nationale.

Contrairement au nord qui dispose de l’argent et des connaissances pour s’accommoder, du moins partiellement, des changements climatiques, le sud ne le peut pas. Pain pour le prochain œuvre depuis de nombreuses années pour améliorer les conditions des populations victimes du réchauffement climatique.

Nous vous invitons à soutenir notre appel à la BNS et à diffuser largement la vidéo ci-dessous.

 

La Banque nationale et les dommages climatiques

Combien de temps la Banque nationale suisse va-t-elle continuer à ignorer le fait que ses investissements dans les énergies fossiles causent des dommages à l’environnement et menacent ainsi le droit à l’alimentation ?